Quelques conseils pour apprendre à lâcher prise

Je suis une grande spécialiste pour me miner avec des trucs, qui avec un peu de recul, me semblent ridicules.  C’est le propre de l’être humain, je crois. On vit tous des situations qui nous mettent sous tension. Que ce soit une dispute, un échec, une déception amoureuse etc. Bref ce genre de situations qu’on retourne encore et encore dans notre petite tête pour tenter de trouver une issue favorable. Ça finit par nous user moralement et parfois conduire jusqu’à la déprime. Depuis que j’ai commencé le développement personnel, j’apprends progressivement à me détacher de ces situations qui ne méritent pas qu’on s’attarde dessus 107 ans. J’ai trouvé quelques clefs qui m’aident à lâcher prise.

Apprendre à lâcher prise en acceptant

La première chose que j’ai apprise, mais qui n’est pas des moindres, c’est qu’il faut accepter d’être déçu, triste, déprimé. Je le dis souvent sur ce blog, plus on refoule une émotion, plus elle revient forte la fois d’après. Donc avant toute chose, il vaut mieux être au clair avec ce qu’on ressent et se laisser un peu de temps pour digérer. Le but n’est pas non plus de se focaliser une semaine sur le problème. Bien au contraire, il s’agit de se laisser un peu de temps. Le temps dont on a besoin pour digérer.

Ce qui est bien quand on est dans cette démarche d’acceptation, c’est que l’émotion s’estompe d’elle-même. Elle prend de moins en moins d’importance au fil des heures. Elle permet donc indirectement d’être davantage ouvert aux circonstances positives de la vie (lire mon article Attirer le positif à soi).

Prendre du recul, vraiment…

Le second conseil que je vais vous donner pour apprendre à lâcher prise, j’ai encore du mal à l’appliquer mais à chaque fois que je le fais, ça me fait toujours du bien.

Si sur le moment, la situation devient hors de contrôle ou tout simplement qu’elle vous affecte trop. Le mieux est de s’en éloigner. Ça peut sembler difficile parce que dans les situations désagréables, on a tendance à mettre la tête dans le guidon. Je le conçois.

Prendre l’air, aller marcher 5 minutes, se préparer une boisson chaude ou bien prendre le temps de faire quelques grandes respirations, c’est un bon moyen de faire retomber la tension et de s’extraire de la situation (sans pour autant la renier). 😉

Ne pas en informer toute la terre

Évitez de ressasser en parlant de la difficulté à tout le monde. Vous pouvez le faire avec une personne, parce que ça fait du bien d’extérioriser avec des mots. Toutefois, sachez qu’en parler ne réglera rien. Ça peut juste permettre de se sentir plus léger quelques instants. En parler sans cesse autour de vous ne vous fera que ressasser encore et encore et ça finira par créer en vous de la rancœur. Or apprendre à lâcher prise, c’est justement se libérer du poids d’une situation pour éviter la rancœur, la rancune, l’accumulation de colère, qui sont tout sauf bénéfiques. 

Se parler gentiment

Dans les situations qui nous plombent, on a souvent tendance à se culpabiliser, à s’engueuler intérieurement et croyez-en mon expérience, c’est très difficile de s’extraire de cette mécanique. Ça fait de nombreux mois que je persévère mais mon esprit a du mal à se plier à l’exercice. Après 26 années d’auto-lapidation, il y a du boulot. Donc n’ayez pas peur si au début, c’est difficile. C’est bien normal, après tout on est sur terre pour apprendre.

Pour se parler plus gentiment, imaginez-vous en train de parler à un enfant tout mignon. Est-ce que vous auriez envie de l’engueuler comme vous êtes en train de le faire avec vous-même ?

Autre chose à savoir, se sentent coupables les personnes qui, en réalité, ne le sont pas. Demandez-vous donc si vous avez mal-agit de manière consciente. Si la réponse est « oui », vous êtes en droit de vous culpabiliser. Sinon, vous pouvez arrêter de vous flageller. 🙂

Citation lacher prise - Henri Lewis

Les problèmes ont l’importance qu’on leur donne

On a tous des problèmes, ce n’est pas pour autant qu’ils doivent nous empêcher d’être heureux. Le bonheur est avant-tout un état d’esprit qu’on choisit d’adopter ou non (pour en savoir plus sur ça, lisez cet article). Nos problèmes peuvent l’entraver que si on le choisit.

Une phrase que je me dis souvent pour me rappeler de ça c’est : « Ok, ce truc m’agace profondément et je l’accepte, mais je choisis malgré tout d’être heureuse ». C’est le principe de la résilience. Quelque soit les circonstances (il y a quelques cas plus difficiles que les autres, je le conçois), on peut choisir de continuer à être heureux ou de se miner la vie. Choisir le bonheur est un bon moyen d’apprendre à lâcher prise.

Il y a beaucoup de choses hors de notre contrôle

Tout contrôler est strictement impossible. Il y a des circonstances sur lesquelles on ne peut pas influer, comme les émotions ou les actions des autres par exemple (lire mon article Changer les autres). Pour apprendre à lâcher prise, il faut dissocier ce qu’on contrôle et ce qu’on ne contrôle pas en se posant une question simple « ai-je réellement un impact sur ça ? ». On n’est pas des supers-héro capables de sauver tout le monde. Apprenons déjà à nous sauver nous-même et ce sera une grande chose.

J’espère que ces conseils que j’ai collectés avec le temps vont vous servir.

Avez-vous d’autres moyens de lâcher prise ? Dites-moi tout dans les commentaires et n’oubliez pas de liker cet article s’il vous plait, de le partager et de me suivre sur les réseaux sociaux. 

La newsletter zen et éthique

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisse-moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.