2 clés pour trouver le bonheur sans pression

Cela fait quelques temps maintenant que je m’intéresse au développement personnel. J’ai « consommé » pas mal de contenu à ce sujet : livres, vidéos… Et je peux vous dire que des méthodes, j’en ai essayées ! 🙂 Bien que certaines fonctionnent sur les autres, elles ne fonctionnent pas toujours sur moi. Je me suis donc posée pas mal de questions, auxquelles je pense avoir trouvé une réponse : il y a des croyances qui freinent notre développement personnel quand on débute.

Quand il s’agit d’être heureux, on est beaucoup à vouloir s’en donner les moyens. En plus, c’est plutôt à la mode.
Sauf qu’on peut faire quelques erreurs dans son développement personnel, et c’est bien normal. Nul n’est parfait et il n’y a qu’ainsi qu’on apprend.
La première que je peux citer, j’en ai déjà parlé ici et ici. Il s’agit de vouloir faire taire absolument ses émotions négatives, ses peurs etc. Plus on les refoule, plus elles reviendront violemment et plus il sera difficile de travailler dessus.
La seconde concerne davantage les méthodes. Il est vrai que ces dernières années, les ouvrages qui traitent du développement personnel prolifèrent. C’est bien parce que cela permet à chacun de trouver une méthode, voire un mode de réflexion qui lui correspond. Le désavantage que j’y vois, c’est que face à toutes ces méthodes, on peut vite être perdu, notamment lorsque l’on débute. Je pense que cela doit en décourager beaucoup, parce qu’ils tombent sur des outils qui ne leur correspondent pas. En fonction de nos expériences de la vie, on a tous un fonctionnement différent donc une appréhension différente de notre personne. Il est donc nécessaire d’expérimenter et de voir ce qui nous fait du bien, et surtout éviter de se mettre la pression, en essayant tout à la fois. Il n’y a que 24h dans une journée. 🙂

Bon visionnage !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisse-moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.