Que faire quand on ne sait pas quoi faire de sa vie ?

Que faire quand on ne sait pas quoi faire de sa vie ? Une question que je me suis longtemps posée et à laquelle j’ai eu beaucoup de mal à trouver une réponse qui me convenait.

Vous connaissez sûrement cette question qui est sur les lèvres de tous les recruteurs quand vous passez un entretien : « et vous vous voyez comment dans 3 ou 5 ans ? ». Typiquement quand on se cherche, cette question elle exècre. On a juste envie de fuir ou de brûler sur place.

C’est sûr que c’est facile pour le type qui sort du ventre de sa mère et qui sait déjà qu’il veut être boulanger ou prof de musique. Mais quand après un bac+5 et quelques années d’expérience, on n’est pas très certain d’avoir envie de travailler dans son domaine toute sa vie, ça devient plus complexe.

Il ne faut pas croire, énormément de gens se cherchent et n’ont pas une idée précise de ce qu’ils veulent faire de leur vie à 20/25/30 ans. Je ne sais pas vous, mais moi, je suis passée par cette phase où je subissais cette pression sociale à chaque fois que je disais que mon job ne me plaisait pas. Les gens autour de moi me disaient « Mais Laure, il va bien falloir un jour que tu te décides ». Si bien que j’ai fini par me dire que j’avais un problème. Que je n’étais pas normale. Mais en fait, le problème ce n’est pas moi. C’est juste le fait que pour le moment on ne peut pas m’enfermer dans une case.

Puis j’ai réalisé, ce que j’ai dit au début du paragraphe précédent. Je ne suis pas la seule et l’unique à ne pas savoir quoi faire exactement de ma vie. Par contre, maintenant que je sais ça, je n’ai plus vraiment le droit de rester de l’immobilisme qui me tenait jusqu’à présent et qui me poussait à rester dans mon insatisfaction. Plutôt que de tourner en boucle cette fameuse projection à 3 ou 5 ans, je me suis demandée « que faire quand on ne sait pas quoi faire de sa vie ? » Et voici les réponses que j’ai trouvées :

Faire le point sur ses passions et ses envies

Avoir un métier, c’est bien, mais il faut qu’il permette de répondre à nos aspirations. Ça on a tendance à l’oublier car on est pris par la peur de se retrouver dans le besoin.

L’être humain est fait de multiples besoins qui doivent être un minimum comblés chaque jour. Sinon, on finit par se retrouver dans des situations d’anxiété, de déprime liées à la frustration qu’on emmagasine.

L’idée, c’est de faire le point sur ce que vous aimez de la vie, sur les activités qui vous font vous sentir bien pour les faire matcher avec une activité professionnelle future. Il s’agit de trouver un job, qui fait que vous vous levez le matin plein d’entrain. Utopie ? Non, je ne crois pas. Pourquoi certains y arrivent alors ?

N’est-ce pas du temps perdu que de traîner des pieds rien que de penser à aller bosser ? Perso, quand je vois que ça m’arrive, ça me donne juste une envie irrépressible de fuite en avant…

Comment savoir ce qu’on aime ? Ça peut être simple comme ça peut être plus compliqué. Si vous vous connaissez bien, posez-vous la question et coucher vos réponses sur papier. Si vous vous connaissez moins bien, ben désolée les gars mais il va falloir apprendre à se connaître. C’est long donc autant commencer maintenant. Et ça passe par le point que je vais aborder maintenant.

Ne pas forcément écouter les autres

Les autres sont toujours pleins de bons conseils et pensent toujours savoir mieux que nous ce qui est le mieux pour nous. Je ne vais pas les juger. Je suis pareille. J’adore donner des conseils. Ça me permet de me sentir utile, surtout quand on les suit.

Pourtant, il faut comprendre que suivre les conseils des autres, ça peut être bien. Parfois. Mais que souvent, ça mène à une perte de connaissance de soi.

En fait, à force de vouloir satisfaire les autres, on finit par s’oublier. Et le jour où on essaie de se retrouver, il faut s’armer de patience car, les personnes qu’on veut contenter nous on s’empêche souvent de faire machine-arrière, par peur de ne plus plaire.

Puis quand on se connaît mal, on fait des choix par défaut. On fait donc des choix qui nous desservent. Impossible de trouver sa voie en agissant ainsi…

Pour approfondir ce point, je vous conseille de lire mon article : Changer les autres.

Je ne sais pas quoi faire de ma vie

S’inspirer des histoires des autres

Si vous êtes bien les seuls à pouvoir décider pour vous-même, les autres peuvent être d’une aide formidable quand il s’agit d’inspiration. Attention, gros cassage de mythe : Il ne faut pas se leurrer, des mecs qui inventent l’eau chaude, il n’y a pas tous les jours. Et quand bien même des gens peuvent être à l’origine de grands concepts, rien ne dit qu’ils ne se sont inspirés pas des travaux d’autres.

Sans le vouloir et sans même le savoir, vous êtes influencés tous les jours par des dizaines de choses. Ces choses affinent vos goût et aiguisent vos attentes.

L’inspiration est partout. Je pense même que ce thème mériterait un article complet tellement il est vaste et surtout important. Qu’on soit un créatif ou non d’ailleurs…

Personnellement, je trouve qu’on est entouré de millions de belles histoires de personnes qui réussissent à réaliser leurs rêves. Qui trouvent la vie qui leur correspond le mieux etc. Beaucoup de ces jolies histoires sont accessibles à tous notamment grâce à internet. On en retrouve sur YouTube, sous forme de vidéos, en podcast, sur les blogs, dans des reportages, de films, dans des livres. Il suffit d’un peu de curiosités pour les trouver. 🙂

S’entourer de toutes ces réussites, c’est se placer dans la bonne posture pour recevoir la même chose dans sa vie.

A lire sur ce thème : Comment attirer le positif à soi ?

Trouver des solutions temporaires et se laisser le temps de trouver sa voie

Ne pas savoir quoi faire de sa vie, ça peut vite être bloquant.

Plutôt que de sombrer dans l’immobilisme et d’attendre que votre voie vienne à vous, je vous conseille de tester différentes choses. C’est en testant qu’on affine son avis et qu’on peut progressivement s’orienter vers ce qui nous convient le mieux.

Si vous n’avez vraiment pas d’idée, vous pouvez opter pour des jobs alimentaires de manière temporaire. Ça permet de rester actif et de poursuivre votre réflexion en parallèle.

Dans votre réflexion, pensez à intégrer d’autres façons de travailler.

Pensez à d’autres moyens d’envisager le travail

Quand je parle « d’autres moyens d’envisager le travail », je veux vraiment vous encourager à réfléchir à votre intérêt pour le salariat. C’est aujourd’hui une façon de travailler assez facile et assez confortable. Mais ça ne convient pas à tout le monde car le salariat a ses avantages mais aussi ses défauts.

Il est certain que tout le monde ne peut pas lancer sa boite. On a tous différents et on se sent tous utiles différemment. Toutefois, l’entrepreneuriat est une solution à envisager quand on est en quête d’une liberté différente, quand on se sent contraint dans ses idées, etc.

Il existe tout plein d’aides pour les personnes qui souhaitent se lancer ou qui hésitent encore. Vous pouvez trouver des renseignements auprès des CCI, de la BGE et de multiples associations.

Si vous avez envie de tenter l’aventure mais que vous êtes retenus par vos peurs, prendre des renseignements est vraiment la chose à faire. C’est ce qui va vous permettre de valider ou d’invalider vos craintes.

Il existe des multitudes de choses à faire lorsqu’on ne sait pas quoi faire de sa vie. Sachez surtout qu’il n’y a aucune honte à se chercher, à se perdre, à lâcher en cours, à renoncer etc. Trouver sa voie n’est pas chose facile. C’est humain de passer par des phases de remise en question. S’il y a bien une chose que je peux vous conseiller, outre le fait de bouger vos petites fesses, c’est de ne pas vous mettre la pression. Lâchez-prise et saisissez juste les opportunités que la vie vous tend.

J’espère vous avoir aidé à répondre à l’épineuse question : « Que faire quand on ne sait pas quoi faire de sa vie ? ».

S'abonner à la newsletter du blog

Rendez-vous sur Hellocoton !

One response to “Que faire quand on ne sait pas quoi faire de sa vie ?”

  1. linemourey dit :

    Je fais partie des gens qui savaient très vite ce qu’ils voulaient faire de leur vie. Psychologue: mi temps libérale mi temps salariée. Combo gagnant. Et pourtant, bien que j’adore mon métier, je n’ai que 26 ans. Il est parfois lourd de responsabilité et épuisant. De temps en temps je me questionne sur mon avenir… Que ferais-je dans 15 ans ? Aucune idée ! Il faut dire que j’aspire à m’épanouir dans la vie et donc ma vie perso sera au 1er plan niveau réponse. Je me vois dans un loft ou une maison avec un vélo électrique et un potager. Pour le reste… c’est flou ! 😀 J’avoue, je me laisse porter. Je vois certaines de mes amies psy qui se reconvertissent prof de pole danse/yoga. La réorientation n’est pas une idée que j’exclue ! Je suis arrivée dans les études sup à 17 ans, on est pas encore adulte et on grandi toujours ! La vie nous fait sans cesse évoluer. Qui serais je dans 10 jours ? Aucune idée ! Et aujourd’hui, nous sommes une génération de slasher. Je suis psy/blogueuse/prof de couture. On est multi tache !

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

Laisse-moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.