Une déclaration d’amour à moi-même ?

Cette fois-ci, j’ai décidé de parler d’un sujet que j’aime beaucoup mais que j’ai du mal à aborder ici, parce que j’ai peur de verser dans le cucul, les sentiments dégoulinants et tout ce qui s’en suit. Bref… J’ai pris mon courage à demain pour vous parler d’amour et surtout d’amour de soi. Bien que les deux sont intimement liés.

L’amour, c’est probablement le plus beau des sentiments et le plus complexe. Sans amour, on devient la pire version de nous-même et inversement.

Je ne vais pas vous parler de l’amour solide que j’entretiens avec moi-même. Ce serait mentir de dire que je suis pleine d’amour envers moi et de vous vendre mes recettes miracles. Le syndrome de l’imposteur, très peu pour moi… Ici, j’ai plutôt envie de vous dire que j’ai réalisé que s’aimer est très important pour s’épanouir. Oui, je suis convaincue qu’amour de soi et bonheur sont deux choses intrinsèques. L’un ne va pas sans l’autre. C’est pour ça que j’essaie chaque jour d’apporter un peu plus de bienveillance envers moi-même.

S'aimer, ça s'apprend

Je m’aime, toi non plus ?

« Ces gens qui s’aiment… »

Si aimer est inné, s’aimer l’est bien moins. Ou plutôt, je pense que ça l’est mais on nous apprend que c’est mal. Parce qu’on a bien souvent une vision erronée de ce qu’est l’estime de soi. Je me souviens avoir grandi dans une ambiance qui ne laissait pas de place à l’acceptation de soi mais plutôt à la culpabilité et les autres formes de remises en question malsaines qui en découlent.

Ça ne tient pas à mes parents et à l’éducation que j’ai reçue. C’est beaucoup plus profond que ça. On vit dans un monde, qui certes tend à évoluer sur la question, mais dans lequel a longtemps été ancré que s’aimer c’est pour les personnes prétentieuses. La preuve quand j’entends les gens dire « il s’aime celui-là dis donc. », d’un air de dire que le type en face est un gros c*n de première qui passe son temps à se reluquer le nombril. Or, être hautain ou prétentieux ne signifie qu’on est bien dans notre peau, loin de là… Les gens qui le sont ont un gros problème avec eux-même. Il ne faut pas faire d’amalgame. On peut s’aimer de manière saine ! 🙂

Fausse modestie et faux amis…

A ne pas s’aimer, on se frustre. On devient critique et aigri de tout et de tout le monde. On voit le mal partout et on cultive ça avec des gens ancrés dans le même mal-être profond. Des gens qu’on croit aimer parce qu’ils sont dans le même bateau que nous, des gentils qui ne s’aiment pas et qui critiquent les méchants qui eux s’aiment. Un peu manichéen le bordel… Sauf qu’on a tendance à critiquer les gens parce que quelque chose en eux fait écho en nous. Donc visiblement, on a des comptes à se rendre… Et puis, vous le savez bien, les gens qui critiquent avec vous, critiquent derrière vous également. Est-ce qu’on peut vraiment considérer ça comme de l’amour ? J’ai un doute ! 🙂

Je crois bien que c’est en partie pour ça qu’on dit souvent que pour aimer les autres, il faut d’abord apprendre à s’aimer soi-même

Tout ce dont tu as besoin c'est d'aimer

Apprendre à s’aimer avant d’aimer les autres…

Au cours de ma vie, j’ai appris à aimer, beaucoup de gens sauf moi. J’ai aimé d’amitié, d’amour, parfois un peu des deux. J’ai compris assez tôt les dégâts que peut faire ce sentiment quand on ne s’aime pas soi-même.

Un peu de racontage de life

Je l’ai d’abord expérimenté sur le plan amoureux. J’ai connu mon premier amour quand j’étais ado. J’ai aimé cette personne très fort. J’étais sur un petit nuage dès que je le voyais. Puis au fil de cette histoire, je me suis mise à avoir peur. Peur de ne pas être à la hauteur, peur que tout s’arrête, peur de tout un tas de choses. Si bien que je me suis tellement convaincue que ça allait arriver que j’en suis devenue étouffante, tant j’étouffais moi-même sous les craintes. Et bien sûr l’inévitable est arrivé. Il est parti et je suis entrée dans un cercle vicieux puisque j’ai cultivé longtemps une grosse colère envers moi-même. J’ai aussi beaucoup culpabilisé. Je me suis mise plus bas que terre et j’ai fini par me diriger vers des personnes que je méritais selon moi. Bref, pas les meilleures qui fût, je vous laisse imaginer…

J’ai aussi adopté le comportement débile de la personne blessée, qui rendait les coups en double à tout ceux se présentaient sur son chemin. Pas très glorieux et pas très bon pour l’estime de soi, je l’entends… Mais heureusement, on est capable d’apprendre de nos erreurs et de rebondir.

Pour ce qui est de l’amitié, ça a été le même schéma des tas de fois, seule la nature des sentiments change dans l’histoire. Je ne suis certainement pas la seule à avoir vécu ça. En réalité, c’est le schéma classique de toute peine de cœur chez une personne qui n’a jamais appris à s’aimer.

J’ai aussi été l’autre personne. Celle qui délaisse. Je peux donc comprendre ce qu’il se passe de l’autre côté. Les gens ressentent qu’on n’est pas en phase avec nous-même et trouvent ça « trop compliqué ». Ils ont déjà suffisamment de leurs problèmes à gérer et finissent par s’éloigner, parfois même sans s’en rendre compte. Pendant que l’autre entame une spirale infernale alimentée de tristesse, de regrets, de haine et que sais-je encore.

Si on ne s’aime pas comment les autres pourraient nous aimer ?

Si on ne s’aime pas un minimum, aussi belle soit l’histoire d’amour ou d’amitié que l’on vit, elle ne pourra pas durer. A chaque difficulté, on se met sous pression et on adopte des comportements nocifs pour soi et pour les autres, que ce soit de la colère ou de la culpabilité. Ce sont des émotions qu’on ne peut gérer que si on est en proie à les accepter et à travailler dessus, plutôt que de les nourrir.

Qui plus est, nous avons un effet miroir sur les autres. Si nous ne sommes pas bien dans nos baskets, il y a de fortes chances pour que ça se répercute sur notre entourage et les relations que nous entretenons avec lui.

Tout est une question de fréquence. Plus on s’aime et plus notre fréquence est haute, donc plus on est heureux et plus il nous arrive des trucs cool. Le positif attire le positif. Je ne dis pas que rien de dramatique n’arrivera jamais. On ne vit pas dans le monde des bisounours… 😉 Seulement, il est prouvé que les gens qui ont une bonne estime d’eux supportent mieux les coups bas que leur inflige la vie.

Mais alors s’aimer, en quoi ça consiste ?

S’il y a bien une question qui me semble encore compliquée, c’est celle-ci, parce que m’aimer, j’en suis pour l’instant capable que par intermittence. Ce que je sais, c’est que j’essaie au quotidien d’être bienveillante envers moi-même. Je dirais que ça fait partie de la réponse, accepter ses émotions qu’elles soient positives ou négatives.

Je pense que la deuxième partie de la réponse réside dans le fait qu’on a le droit de suivre ses envies, peu importe si elles plaisent ou non. On a aussi le droit de choisir les personnes qu’on fréquente parce qu’il ne faut pas se leurrer quand on ne s’aime pas, on essaie d’être quelqu’un d’autre pour plaire à tout le monde. Tout l’amour qu’on n’a pas pour soi, on le cherche chez les autres, en essayant de devenir une personne qu’ils pourraient aimer. Mais pour être clair, si on est obligé de porter un masque devant ces personnes, c’est qu’elles ne sont pas faites pour nous… Et ça, c’est dur à accepter quand on a peur de se retrouver seul. Pourtant, accepter l’idée qu’être seul vaut mieux qu’être mal accompagné, c’est un beau cadeau qu’on se fait à soi-même. C’est se libérer de cette foutue dépendance affective qui nous pollue.

Enfin, je dirais qu’il faut faire un grosse prise de conscience liée au bonheur. On a trop tendance à faire porter le poids de notre bonheur aux autres alors que c’est un truc archi-personnel. Les autres n’en sont en rien responsables. Imaginez le bordel que ce serait si on était responsable du bonheur de toutes les personnes qui comptent pour nous… Un peu lourd à porter, non ?

Citation de Jen Sincero sur le fait de s'aimer

Comment se faire une déclaration d’amour à soi-même ?

Je vous vois venir… Non je ne vais pas vous dire de répéter « je m’aime » 20 fois en vous regardant dans le miroir le matin, bien que cette technique fonctionne sur certaines personnes. Perso, je n’ai jamais expérimenté.

Mettez de la bienveillance dans vos réactions

Le premier conseil que je peux vous donner, j’en ai parlé dans le guide de survie à une journée de merde. Il s’agit de repérer les émotions négatives que l’on peut avoir au cours d’une journée et de faire un travail d’acceptation. Vous pouvez par exemple faire l’exercice suivant quand vous êtes angoissés : « Je vois que j’ai une angoisse. Ok, angoisse tu es là. Tu as le droit d’exister. Tu es là parce qu’il s’est passé tel ou tel truc. ». Le but n’est pas de rester focaliser dessus 1000 ans mais de prendre 2 minutes pour prendre en compte son état et lui permettre d’exister. C’est un exercice qui s’applique à toutes les émotions qui peuvent nous traverser. Plutôt que de les refouler, il faut s’entraîner à les accepter pour créer de la bienveillance envers soi.

Ecoutez ce qui vous anime

S’aimer, c’est apprendre à accepter ce que nous dit notre petit cœur. On a trop souvent tendance à se contraindre à faire des choses qui ne nous ressemblent pas pour de multiples raisons. Alors qu’on serait infiniment plus heureux en faisant des choix qui nous ressemblent. S’aimer, c’est se respecter et faire des choix qui nous correspondent. Commencez petit puis élargissez progressivement le champs des choix que vous voulez impactants pour votre vie.

Prenez soin de votre corps autant que de votre esprit

Enfin, le dernier truc que je peux vous dire, c’est de prendre soin de vous. Respectez votre corps tout autant que votre esprit. Prenez quelques heures chaque semaine pour vous pomponner si ça vous fait plaisir. Portez des habits, des bijoux, du maquillage qui vous font du bien. Mangez des fruits et légumes, buvez de l’eau pour vous reminéraliser. Gardez en tête que la seule personne avec qui vous allez vivre toute votre vie, c’est vous-même, donc autant que ça se passe dans les meilleures conditions possibles et avec respect.

Ce sont quelques petits conseils mais il existe bien d’autres choses à faire. Comme je vous ai dit, je débute et je fais les choses petit à petit pour éviter la pression.

Il faut aussi avoir en tête que les choses ne vont pas se faire seules. Cela prend du temps à ingurgiter et à restituer. Plus vous répéterez les choses, plus elles deviendront naturelles. On dit qu’il faut 21 jours pour que le cerveau opère des changements.

Le mot de la fin

Pour conclure, je vous mets quelques liens qui vont vous permettre d’approfondir cet article un peu fleuve, j’en conviens. En espérant que ça vous a éclairé sur les bienfaits de l’amour de soi et que ça vous permettra de vous donner un peu plus de bienveillance chaque jour.

Les autres se trompent sur toi ? Et alors ? – Esther : https://youtu.be/DsuC7ikdf4E

Dans ma tête : l’amour – La Carologie : https://youtu.be/cJpz-z2xiK8 

5 façons simples de nourrir l’estime de soi – Les guerriers pacifiques : https://youtu.be/37ADML0XsO0

Tu vas tout déchirer – Jen Sincero : livre en vente à la Fnac ou autres librairies

L’amour de soi – Marina : https://youtu.be/sKVDS_ADM9M

Je vous laisse méditer sur cette citation de la belle Dita Von Teese. 😉

Citation de Dita Von Teese sur l'amour de soi

Comme d’habitude, n’hésitez pas à partager votre avis, vos réactions ou vos témoignages. Je serais très contente d’échanger avec vous. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 responses to “Une déclaration d’amour à moi-même ?”

  1. […] réveille en nous quelque chose qui ne nous plait pas chez nous. J’en parle déjà ici. Comme ces personnes éveillent en nous un truc qui nous plait pas, qui nous fait vivre des […]

  2. joyfuldreams dit :

    C’est très important de s’aimer et pourtant je n’ai toujours pas appris à le faire. J’essaie de travailler là-dessus et c’est vraiment pas facile ! Je suppose qu’il faut encore un peu de temps, on ne peut pas tout arranger en claquant des doigts, même si ça serait vraiment bien.
    J’ai beaucoup apprécié ton article qui reflète pleins de vérités et je ne peux qu’être d’accord avec toi, même si je n’ai pas confiance en moi 🙂
    Bisous.

    • loula dit :

      Hello ! Je suis ravie que cet article t’ait plu. 😊 C’est vrai qu’apprendre à s’aimer est un chemin semé d’embuches mais ça vaut le coup. 😘

Laisser un commentaire