Daily Archives

19 décembre 2019

la blessure d'enfance la plus profonde

La blessure de rejet est souvent décrite comme la plaie émotionnelle la plus profonde. Elle est douloureuse parce qu’inconsciemment elle nous empêche de vivre pleinement la vie dont on rêve…

Selon Lise Bourbeau, c’est la blessure qui nous pousse à nous plier en 4 pour plaire aux autres, qui nous porte à la culpabilité, qui nous coupe de la réalité au profit d’une vie rêvée.

Même si beaucoup la portent, elle toucherait particulièrement les profils atypiques comme les zèbres, les hypersensibles, les aspies etc. Mais pourquoi cela ?

L’origine de la blessure de rejet chez les hypersensibles

La blessure de rejet est une blessure d’enfance qui apparaît très tôt. En règle générale, elle survient entre la conception (par exemple chez les enfants non-désirés) et l’âge de 2 ans. Il existe différents signes symptomatiques chez les personnes qui la portent.

Quels sont les signes qui montrent que tu as une blessure de rejet ?

Le rejet se lit aussi d’un point de vue corporel. Plus la blessure est développée, plus la personne sera mince, voire maigre. 

Elle peut aussi donner l’impression d’un corps en partie incomplet. Si la blessure n’est pas majoritaire, il est possible, en effet, que seule une partie du corps soit plus fine que les autres.

Le rejet peut aussi se manifester par la maladie, notamment via la peau. Eczema, acné et autres soucis cutanés ne sont pas rares.

Homme solitaire

Les personnes qui ont une blessure de rejet développe un masque de fuyant. Cela signifie que face à leur peur du rejet, elles utilisent la fuite comme stratégie. 

Tu souhaites confirmer ton hypersensibilité ?

Reçois le test.

Je t’informe en avant-première des nouveautés sur le blog et je t’envoie des conseils exclusifs.

Pourquoi te sens-tu rejeté encore et encore ?

Tu dois bien le savoir mon p’tit chat, être très sensible signifie souvent se sentir différent du commun des mortels. J’imagine que depuis ta plus tendre enfance, tu te sens “bizarre” ou “inadéquat” au travers du regard des autres.

Ce sentiment de décalage, soit tu as pu l’assumer parce que tu as vécu dans une famille qui encourage la différence. Dans ce cas, tu es veinard sur ce plan-là ! Soit tu l’as subi de plein fouet parce qu’on t’a souvent dit “trop”. “Trop timide”, “trop bavard”, “trop turbulent”, bref tu as compris le principe… Du coup, t’as essayé tant bien que mal de t’adapter à ce qu’on attendait de toi.

Pourquoi ? Très probablement parce que tu t’es senti rejeté et incompris.

Dans l’enfance, nous sommes peu armés pour faire face à ce type de blessure donc tu as certainement adopté des stratégies de fuite pour moins en souffrir. Ces stratégies, elles t’ont conduit à faire taire une partie de toi. Mais tu dois bien te rendre compte qu’elles sont loin d’avoir réglé le problème puisque tu continues à ressentir du rejet…

Halte au désespoir mon lapin ! Il est possible d’apaiser la blessure de rejet. Certains arrivent même à la soigner complètement. Je vais te donner quelques solutions que j’explore moi-même et qui vont te permettre d’utiliser ton intelligence émotionnelle.

Comment apaiser ta blessure de rejet ?

La blessure de rejet est douloureuse. Tu es certainement ici parce qu’elle t’encombre et que tu ne sais pas quoi en faire. Je comprends ta lassitude. Je l’ai vécu jusqu’à ce qu’on me parle du travail de Lise Bourbeau, l’an passé. Les clefs qu’elle apporte ont vraiment changé ma vie. Voici ce que j’ai pu expérimenter grâce à elle.

Prend soin de ta blessure

La première chose que je t’invite à faire, c’est à observer. En effet, pour diminuer l’impact de la blessure de rejet sur ta vie, il faut déjà que tu détermines quand elle apparaît. Il y a certainement des situations plus propices que d’autres. Peut être même aussi que tu appréhendes souvent d’être rejeté. Comme tout est vibration sur cette terre, le fait de craindre plus ou moins consciemment le rejet, t’amène à le vivre. 

Observer va te permettre de changer d’attitude également à chaque fois que tu vis des situations où tu te sens rejeté. J’imagine que tu as tendance à refouler tes émotions quand cela arrive. Ça, encore une fois, c’est propre au masque du fuyant. Tu te fais rejeter mais tu te rejettes également toi-même à chaque fois que tu te coupes de ce que tu ressens. Face à ça, il existe une seule et unique clef L’ACCEPTATION.

Plus tu accepteras ce que tu ressens quand tu vis du rejet, plus tu vas amoindrir les effets de la blessure. 

Je parle ici d’accepter dans le sens où je te conseille d’accueillir ce que tu vis manière neutre et consciente. L’idée, c’est de laisser de la place à tes émotions et tes ressentis physiques pour leur apporter de la considération. 

Plus une émotion peut vivre, moins elle prendra d’ampleur. Donc plus vite elle disparaîtra. 

Tu peux aussi faire le choix de donner de l’amour à ta blessure dès que tu sens qu’elle est stimuler. Comme je te le disais plus haut, les mécanismes que tu mets en place sont là pour te protéger. Donc ce que tu ressens n’est pas là pour t’enquiquiner. Si tu actives ces stratégies, c’est ton inconscient qui veut t’aider mais il n’a rien trouvé de mieux que les réflexes de fuite qu’il te fait mettre en place. 

C’est une pratique un peu plus spirituelle. Je sais qu’elle parlera uniquement à certains. Mais accepter est déjà tout à fait suffisant. 

Une fois que tu as accepté que ta blessure de rejet se manifeste, il y a autre chose que je te préconise…

Prend soin de toi

La blessure de rejet t’encourage souvent à faire passer les besoins des autres avant les tiens. Comme tu te juges insuffisant ou nul, tu as tendance à t’accorder peu de valeur et à prioriser les autres à ton détriment. 

Ces différentes situations sont typiques des personnes qui ont une grosse blessure de rejet. Si tu te reconnais, sache que tout peut évoluer. Il suffit que tu te donnes le droit d’exister.

J’imagine que tu as tendance à t’entourer de personnes qui prennent de la place, même beaucoup de place… Elles débordent d’ailleurs souvent sur la tienne, soit en te disant comment te comporter, soit en monopolisant l’attention plus qu’elles ne le pensent. 

Comme on le dit souvent, les opposés s’attirent. Tu es sûrement très bienfaisant pour ces personnes, qui dans le fond, on un problème similaire au tien. Elles peinent à se sentir exister mais elles le manifestent juste autrement. D’un point de vue relationnel, ça peut s’avérer compliqué pour toi tant que tu ne poses pas un cadre. 

Il faut savoir qu’à chaque fois que tu dis “non” aux autres, c’est pour mieux te dire “oui” à toi-même. 

Prendre soin de ce que toi tu veux va être la meilleure manière de guérir progressivement ta blessure. Alors au début, tes vieux démons reviendront sûrement et tu auras tendance à dire “non” par la fuite. Puis si tu t’exerces, tu te rendras compte que le “non” n’est pas forcément source de conflit ou de désamour. 

D’ailleurs si répondre négativement à une demande de l’autre est blessant pour ton interlocuteur, n’oublie pas que cette émotion lui appartient. 😉 

Si tu vis du rejet au quotidien, il est probable que ce soit parce que tu te rejettes toi-même. 

Guérir cette blessure, c’est choisir de prendre la place qui t’appartient et de ne plus laisser les autres empiéter dessus. Pour cela, il va s’agir de désarmer progressivement la culpabilité. 

Je te conseille d’éviter certaines pratiques de développement personnel qui poussent trop à la remise en question. 

Tu dois certainement déjà beaucoup le faire. Poursuivre dans cette voie serait trop douloureux et n’amplifierait que ton problème. Tu as vraiment besoin de remettre de la légèreté dans ta vie, de prendre du temps pour toi etc. Comme dirait David Lefrançois, il va falloir apprendre à être égoïste. 😎 Je te partage d’ailleurs une vidéo de lui qui m’a permis de réfléchir à ce sujet. 

Tu as aimé cet article ?

Partage-le sur Pinterest

Pour ce faire, je t’invite à passer ta souris dessus et à cliquer sur le logo Pinterest qui apparait.

4 comments
0 FacebookTwitterPinterestEmail