Plus la carapace est épaisse, plus l’être est sensible💎

Il y a des stigmats bien marqués quand il s’agit de l’hypersensibilité. 🥴 Les gens imaginent qu’être très sensible signifie pleurer pour après tout et rien. Etre brisé au moindre petit tourment de la vie. Partir dans les tours pour la moindres broutilles. Bref, il y a un fond de vérité en ce qui concerne la grande émotivité des hypersensibles, mais tous n’expriment pas leurs états âmes aisément.

Il y a certes des personnes hypersensibles qui vivent très bien leurs émotions et qui ont guère de peine à en parler. Je pense toutefois qu’il ne s’agit pas de la majorité. Une partie des hypersensibles se cachent sous une carapace bien solide 💪tant qu’ils sont aux prises avec les heurts de leur passé. Ces personnes grandissent avec la croyance que la vulnérabilité est dangereuse et qu’il faut se méfier des autres. Sans quoi, elles risquent d’être blessées. Mais à trop vouloir protéger leur cœur par peur de souffrir, elles peinent à s’ouvrir aux autres.

Des murs autours du coeur pour faire face aux defis de la vie

Etre très sensible signifie surtout être plus facilement exposé aux traumatismes. Une rupture va, par exemple, beaucoup affecter une personne à la sensibilité normale mais elle va passer outre au bout de quelques semaines. Un hypersensible va lui vivre toutes les phases du deuil de manière beaucoup plus intenses et la blessure creusée en lui peut se transformer en véritable trauma. Idem pour un décès, un gros conflit, une perte d’emploi, etc.

Il existe différents types de trauma et les répercutions sur une vie peuvent varier

Il faut savoir que si un trauma est éludé, la personne que l’a vécu va systématiquement se re-traumatiser et ce, généralement, dans les mêmes sphères de sa vie. 

Pour y faire face, elle va mettre en place un mécanisme de défense qui va la conduire à geler ses émotions. Il se crée alors un phénomène de dissociation, plus ou moins complexe, c’est-à-dire que la personne en question aura l’impression de ne plus rien ressentir hormis la douleur. 

En gros, dès qu’il y a choc, le système nerveux se met en mode glaçon ☃️ pour permettre à la personne de continuer de vivre, en apparence, plutôt normalement. Voilà comment une personne sur le fond très sensible peut donner aux autres l’impression qu’elle est froide et forte, alors qu’elle est simplement déconnectée de ses affectes (et que pour elle, c’est loin d’être le pied… 😒).

Il existe un autre mécanisme de défense qui consiste à avoir une réponse plus émotionnelle et qui correspond à un autre profil de personne hypersensible. Je le développerais peut être dans un autre article, histoire de ne pas tout mélanger. Une chose à la fois mon p’tit chat.

Pourquoi certains mettent une armure alors que d’autres n’en ont pas besoin ?

Il faut comprendre qu’une carapace se construit bien souvent dans l’enfance et dans le lien avec ses parents. 

Comme je te l’ai dit plus haut, si un loupiot vit un choc et qu’il est pris en compte, que ses parents en parlent avec lui, voire l’emmènent chez un thérapeute quand le besoin s’en fait sentir, il se sentira sécurisé et compris. Il n’aura donc pas à mettre en place d’armure dans le but de se protéger des prochains coups-durs de la vie puisqu’on lui aura montrer qu’il a toutes les ressources pour faire autrement et pour surmonter n’importe quelle situation. 

Dans ce cas, l’enfant développe un attachement sécure à ses parents. Son niveau de confiance en lui est plutôt bon et stable. 

En revanche, si l’enfant vit mal quelque chose. Que ses parents lui font comprendre que ses émotions sont plus un poids pour eux qu’autre chose. Qu’on lui répète des petites injonctions sympatoches du type “un grand garçon comme toi ça ne pleure pas” ou “c’est pas beau d’être en colère”. Il aura tendance à se sentir rejeté pour une partie de lui-même. Il va donc tendre à développer des aspects de lui acceptés et à faire taire ceux qui ne sont pas conformes aux attentes parentales. 

L’enfant va également grandir avec l’impression qu’il ne peut pas être aimé puisqu’il ne peut pas se montrer tel qu’il est vraiment. Pire encore, il peut aussi avoir l’impression de ne pas avoir été désiré par ses parents ou d’être l’amer résultat d’un accident (sentiment qui peut apparaître dans le ventre de maman) et donc passer son temps à remettre en cause son droit d’exister de manière inconsciente.

Cette petite personne va alors grandir avec le sentiment d’être un poids si elle demande de l’aide. Elle va donc se construire seule, devenir très indépendante et les responsabilités qui lui incombent vont être tellement grandes pour elle, qu’elle va beaucoup développer ses capacités intellectuelles et mettre sous scellée ses émotions. Elle développe donc ce que John Bowlby chéri appelle un style d’attachement évitant.

Un savant melange d’hypersensibilite et d’evitement

Les personnes qui développent un style d’attachement évitant partent du principe qu’elles fonctionnent mieux toutes seules et qu’il faut se méfier des autres. Bonjour l’hypervigilance.

Comme elle n’a pas été soutenue dans son enfance, l’évitante part du principe que ce sera pareil dans toutes ses relations. Son système nerveux va donc sans cesse lui envoyer des messages de danger lorsqu’elle sera en présence de personnes auxquelles elle s’attache. Elle a donc des panneaux STOP 🛑 qui clignotent sans arrêt dans la tête et c’est bien-bien anxiogène…

Tout le paradoxe réside dans le fait qu’elle rêve de proximité et d’intimité relationnelle (le fait de pouvoir exprimer ses ressentis librement) mais qu’à chaque fois qu’elle en obtient, elle a envie de fuir parce qu’elle se sent envahie par un flot d’émotions trop important pour sa petite personne. Pour ne pas vivre cet envahissement, elle met en place son mécanisme d’évitement. 

C'est ce dont on a le plus besoin dont on a le plus peur.

Elle reste donc dans des relations de surface qui ne la satisfont que peu. Elle met du temps à approfondir les choses et une fois qu’elle y arrive, elle n’a qu’une peur, perdre l’autre car ça lui donne l’impression de se dissoudre et l’amène à valider sa croyance “je n’ai pas le droit d’exister”. Elle est donc coincée dans une alternance de comportements “j’y vais/je n’y vais pas” dans ses relations car elle ne se sent jamais en sécurité. 

Pour elle, montrer sa vulnérabilité, c’est prendre le risque de se fragiliser et d’être blessée par l’autre. Sauf qu’elle se blesse inconsciemment davantage en essayant de protéger son cœur car elle se prive de ce dont elle a le plus besoin, se sentir aimé.

Reperer l’attachement evitant et poser les armes

Avec les différentes choses que j’ai citées au dessus, tu dois déjà plus ou moins savoir si toi ou l’un de tes proches a développé ce type d’attachement. Il existe d’autres caractéristiques qu’il faut avoir en tête si tu souhaites évoluer par rapport à ça ou aider ta moitié à se sécuriser dans la relation, par exemple. 

Les caractéristiques du style d’attachement évitant

Si tu as repéré ces comportements chez toi ou une personne qui t’est chère, sache que c’est réversible (à condition de le vouloir).

Comment gérer un style d’attachement évitant quand on est hypersensible ?

Comme le trauma est un vrai sujet chez les personnes hypersensibles, sortir d’un style d’attachement évitant nécessite de s’armer de patience mais aussi de développer son intelligence émotionnelle. 

Tu vas me dire que je suis bien mignonne mais que pour développer une intelligence émotionnelle il faut déjà avoir accès à ses émotions. Je suis bien d’accord et la bonne nouvelle, c’est que c’est un truc qui s’apprend.  

Si tu te coupes de tes émotions quand tu relationnes, c’est parce que tu as peur. Or, si tu ne regardes pas cette peur en face, elle va amplifier et tu auras toujours plus envie de fuir pour l’éviter. Ce qui signifie que la première chose à faire, c’est de travailler sur cette peur. Il va te falloir l’accueillir et écouter ce qu’elle vient te dire.

Ensuite, sache que tu es généralement attiré par des personnes qui ont des névroses complémentaires aux tiennes. Tu vas donc rencontrer des gens qui vont réactiver tes blessures. Comme on dit, la magie de l’amour se créer dans les résonances. De ce fait, si l’autre en face n’est pas prêt à t’accompagner dans ta guérison parce qu’il n’est pas lui-même prêt à guérir, tu vas te blesser plus qu’autre chose. Veille donc à ce que les relations dans lesquelles tu te lances soient empreintes de bienveillance. Si tu te sens blessé et que l’autre ne prend pas la mesure de ses comportements vis à vis de toi, tu as plutôt intérêt à remettre de la distance. 

Toutefois, pour savoir si l’autre est de bonne volonté, tu vas devoir apprendre à t’ouvrir un minimum. Si tu ne dis pas à une personne qu’elle t’a heurté, elle ne pourra pas deviner l’effet que ses comportements ont sur toi (sauf si tu as un hypersensible en face mais pars du principe que non, sinon tu vas cumuler les malentendus). D’autant que tu apparais comme froid ou difficile à cerner de prime abord.

Comme tu as besoin d’y aller doucement, tu peux exprimer ton besoin de prendre ton temps à l’autre. C’est la meilleure façon de lui demander de ne pas te brusquer. 

Souviens-toi surtout que le changement s’opère uniquement dans des relations bienfaisantes. Pour en trouver, il faut aussi être prêt à t’ouvrir à des personnes auxquelles tu n’aurais pas envie de t’ouvrir en temps normal.

Tu as aimé cet article ?

Partage-le sur Pinterest

Pour ce faire, je t’invite à passer ta souris dessus et à cliquer sur le logo Pinterest qui apparait.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisse-moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Laure

Laure

Je suis coach certifiée, hypersensible et multi-potentielle. J’ai des goûts musicaux un peu barrés (parfois). J’adore parler de psychologie. 🖤

J’accompagne les personnes qui veulent en finir avec les relations toxiques, sortir de la dépendance affective et booster leur confiance-en-soi. 

Si tu es ici, j'imagine que tu t'interroges

sur ta sensibilite...

Je te propose de recevoir le test de l’hypersensibilité imaginé par le Dr Elaine Aron. 

Je t’invite à remplir le formulaire pour le recevoir sur ta boite email. Si tu le remplis, je te propose de recevoir également des emails, de temps en temps, qui concernent les nouveautés du blog et de l’entreprise, des conseils ou des promotions (désabonnement possible à tout moment).