Quelques conseils pour mieux vivre une période de chômage

Le chômage, c’est la hantise de beaucoup. On voit ça comme une sorte de régression sociale. Ça fait peur. Ce n’est pas valorisant. On ose à peine en parler. Je pense que c’est assez sociétal puisque les chômeurs sont souvent considérés par les actifs comme des feignants.

Bien vivre sa période de chômage

Pour ma part, ça fait quelques mois que je suis au chômage et ce n’est pas la première fois que je vis ça. A vrai dire, en sortant de ma licence, je suis restée près d’un an au chômage et cette période de ma vie a été, en partie, une catastrophe (bien que j’y trouve aujourd’hui beaucoup de positif). Je me mettais une pression de dinguo pour trouver un job. Je refaisais mon CV tous les mois. Je passais mes journées sur les job-boards à attendre que des offres paraissent etc. Bref. J’avais plus de vie. J’étouffais, pour ne pas dire « je suffoquais »… Donc autant vous dire que quand j’ai choisi de quitter mon job en Décembre dernier, je me suis préparée mentalement pour ne pas revivre un tel calvaire.

En fait, je suis partie du principe que le chômage peut être un vrai tremplin pour réaliser des choses que l’on aurait pas le temps de faire avec un travail à côté. C’est l’occasion de prendre du temps pour soi.

Je vais vous expliquer comment mettre votre période de chômage à profit et pourquoi.

Faire des pauses dans ses recherches d’emploi

Je sais que c’est assez angoissant. Dès qu’on lâche les job-boards, ou les candidatures spontanées et toutes ces petites réjouissances, on se dit qu’on ne trouvera jamais, qu’on ne cherche pas assez etc. On appelle ça la culpabilité… Et mère Culpabilité, dieu sait que je la connais. En ce moment même, une petite voix dans ma tête me dit « Laure, tu devrais consacrer ce temps à chercher plutôt qu’à écrire cet article ». Seulement voilà, quand il n’y a pas d’offres, il n’y a pas d’offres. Rien ne sert d’actualiser 10 fois la recherche Apec, ça ne fera pas apparaître les postes comme par magie. Je crois même que c’est l’inverse, ça les fait fuir !

Le temps qu’on ne met pas à profit des recherches d’emploi peut être investi dans des projets perso. Il n’y a rien de mieux pour se regonfler à bloc que de faire des choses qu’on aime. Ça permet de mieux repartir le lendemain. Donc faites des pauses et cela m’amène à mon second point : prenez du temps pour vous.

Prendre du temps pour soi, pour mieux vivre sa période de chômage

Quand on est actif, on a envie de faire des tas de choses mais le temps manque souvent. Donc autant profiter de sa période de chômage pour réaliser toutes ses choses qu’on ne peut pas faire habituellement : faire du tri, du ménage, aller plus souvent au sport etc.

Ce sont toutes ces petites choses, qui au quotidien, aident à se sentir bien et se sentir actif.

Personnellement, j’ai fait un grand tri dans mes affaires. En fait, je n’arrête pas de faire du tri. Je n’avais pas le temps quand je travaillais et je me rends compte que le fait d’avoir trop de choses qui ne me servent, m’oppresse au quotidien. Ça me fait profondément du bien et je mets à profit mon temps.

Ce temps pour soi-même peut aussi être investi pour faire une sorte de bilan professionnel.

Faire un bilan sur sa vie professionnelle

Quand on se retrouve au chômage, ça nous incombe plus ou moins mais il y a tout de même une raison. C’est l’occasion de faire le point sur ses expériences professionnelles passées : peser pour le pour et le contre, faire un point sur ses ambitions et ses aspirations. C’est un bon moyen d’orienter ses recherches, de ne pas postuler au premier poste venu sous prétexte qu’il faut absolument retrouver un job.

Je trouve qu’il n’y a rien de pire que de postuler à un job par défaut. Je le conçois, il faut bien travailler pour vivre. Mais regardons les choses en face, on va passer 5 jours sur 7 sur notre lieu de travail et lui consacrer une bonne partie de notre vie, donc autant que ce soit à faire des choses qui nous plaisent réellement. Si rien dans le job que vous faisiez vous plaisait, alors c’est peut-être le moment de songer à s’orienter vers quelque chose de nouveau. La période de chômage, c’est le moment parfait pour se reformer ou se lancer dans l’entrepreneuriat.

Faire un bilan de sa vie professionnelle, c’est aussi faire un point sur qui l’on est au travail, ou même dans la vie de tous les jours. C’est important pour aborder les entretiens d’embauche sereinement. Si je vous parle de ça, c’est parce que je suis tombée récemment sur la chaîne YouTube de Marina, qui a à peu près le même âge que moi et à peu près le même cursus et je me suis reconnue dans ce qu’elle disait.

Quand on cherche un job, on a tendance à vouloir se faire passer pour l’employé modèle auprès du recruteur (surtout quand on a qu’une mince expérience du monde du travail). Alors que nul n’est parfait et justement, les entreprises recherchent des profils atypiques, des gens qui leur apportent quelque chose, un peu d’eux-mêmes. On a tous nos défauts et il faut composer avec. On peut même en faire des forces (parfois). Les recruteurs ne sont pas dupes… Alors il vaut mieux être honnête. On se sent plus à l’aise en entretien. On se fait moins descendre aussi… Et par la suite, si on décroche le job, c’est bien plus facile à vivre d’être vrai ! 🙂

Mieux vivre sa période de chomage

Voilà pour les conseils que je peux vous donner pour bien vivre une période de chômage. N’oubliez pas d’arrêter de vous mettre la pression. Cette pression elle vient de la société dans laquelle on vit. On a le droit de prendre le temps pour se trouver réellement et de repartir du bon pied. S’il n’y a pas d’offres, il n’y a pas d’offres. Ça ne s’invente pas. Et si les postes proposés ne plaisent pas, rien ne sert de postuler pour se retrouver enfermé dans un traquenard sans nom et le regretter par la suite.

Focalisez-vous sur ce qui vous ferait réellement plaisir et investissez-y toute votre énergie. Tout en découlera. 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 responses to “Quelques conseils pour mieux vivre une période de chômage”

  1. […] au succès qu’a rencontré mon article « Comment bien vivre sa période de chômage ? », j’ai eu envie de continuer à partager mes aventures de chômeuse (presque) endurcie, pour […]

  2. […] trop artificielle), mais j’ai du me tempérer. Comme je ne suis pas bien riche en ce moment, période de chomâge oblige, j’ai opté pour les 5 produits qui me faisaient le plus envie (et qui […]

  3. La Gauffre dit :

    Hey coucou 🙂 Oh Lala ça fait du bien comme article. C’est aussi ce que je fais quand je suis au chômage (ce qui est le cas actuellement). J’en profite pour faire des formations en ligne, apprendre ou me perfectionner dans certains domaines, et cette année j’ai même fini par me lancer dans la création de mon blog ^^ Il faut vraiment profiter de cette période pour se faire plaisir et faire un point sur soi. Ce sont de très bons conseils que tu donnes et je pense tout comme toi qu’il arrêter de se mettre la pression car au final ça ne nous apporte rien.

  4. Lyzie McCake dit :

    Bravo pour cet article, c’est très intéressant.
    Pour ma part, j’angoissais à l’idée de revenir en France et de ne pas trouver d’emploi car je me souviens en sortant de l’université comment j’avais eu des difficultés à en trouver un.
    Comme tu le dis il ne faut pas se mettre la pression et souvent ce sont les autres qui nous la mettent : la famille ou les amis…, même si ce n’est pas leur attention ils peuvent être blessants. On ne peut pas comparer les situations, et des fois quand on est pas heureux il vaut mieux repartir de zéro et ne surtout pas regretter.
    D’autant plus qu’on est en France et on a la possibilité d’avoir des aides pour le côté financier.
    Personnellement j’ai utilisé mon temps pour apprendre de nouvelles choses et continuer mes projets personnels, et très souvent au final ça aide pour trouver un emploi et ça socialise.
    Tout comme toi quand je suis revenue j’ai décidé de trier et de revendre pas mal de choses, pour mettre de l’ordre, car on accumule beaucoup de choses dont on ne sert plus, et effectivement ça fait du bien.
    En tout cas, je pense que tu as bien fait de faire cet article pour rassurer et partager ton expérience.

    • loula dit :

      Merci beaucoup pour tes encouragements. 😀
      Je suis ravie que l’article t’ait plu. Ce n’est pas facile de s’exprimer sur le sujet (j’ai du mettre plus d’une semaine à me décider à publier) et d’admettre qu’on ne peut pas être H24 sur les sites d’offres d’emploi, sans être pris pour un feignant de première.

  5. Azylis dit :

    Ton article tombe à pic et me fait tellement de bien !
    Je suis au chômage depuis un mois et demi. J’ai quitté mon CDI pour suivre mon chéri muté dans le sud. C’était un projet de couple et ça tombait très bien parce que mon ancien boulot m’étouffait.
    Mais au quotidien, ce n’est pas très facile d’être celui qui reste à la maison quand l’autre a repris une vie « normale ». Ce n’est pas facile de répondre « bah moi je cherche encore » quand les gens vous demandent « et du coup toi tu bosses où ? / ça se passe bien ton nouveau boulot? « .

    Clairement, on peut passer ses journées sur LinkedIn et l’Apec, quand il n’y a pas de poste, il n’y a pas d’annonces.
    Mais difficile de faire autre chose, parce qu’on culpabilise, parce qu’on a peur de rater quelque chose. Parce que chaque candidature envoyée sans réponse te rappelle que c’est loin d’être du tout cuit et que même si on sait que ça prend du temps, le fait de ne pas savoir combien de temps ça va durer est angoissant…

    • loula dit :

      Je suis contente que mon témoignage puisse t’aider. 😀 C’est vrai que c’est extrêmement dur parce que l’autre a une reconnaissance sociale que l’on n’a pas. Puis il y a l’inquiétude des autres qui pèse sur nous. J’espère que tu vas réussir à trouver très prochainement un job dans lequel tu t’épanouiras plus. 🙂

  6. Lydia dit :

    Merci pour cette article. Moi aussi je suis dans la même situation. J’ai un master en gestion et je galère à trouver un emploi, sans oublier la préssion de mes proches. On me voit comme une fainéante. De plus, j’ai démissionné contre l’avis de mes proches de mon job de caissière même si je ne le regrette pas car je détestais ce job. J’espère que tu trouveras le job de tes rêves car je sais que c’est une situation pas facile à vivre le fait d’être au chômage.

    • loula dit :

      Olalah, je te soutiens complètement. C’est horrible d’avoir un job que l’on déteste. Je suis souvent passée par là. J’ai enchaîné les CDD sans trouver satisfaction. Puis plaqué un CDI encore pire que tout le reste… On passe tellement de temps à travailler au cours d’une vie, qu’on mérite de faire quelque chose qui nous épanouie pleinement. D’autant que le monde du travail est loin d’être tendre…
      On m’a dit quelque chose récemment, qui peut-être, pourra t’aider. C’est que, généralement, quand on cherche et qu’on ne trouve pas. C’est que la vie nous crie de toutes ses forces qu’on est fait pour autre chose. Il faut avant tout écouter son cœur et suivre ce dont il a envie, sans quoi on risque de le regretter et de répéter le même schéma. J’ai trouvé ce conseil très avisé. Bon, je t’avoue qu’en ce moment mon cœur veut tellement de choses que j’ai du mal à tout démêler. Mais je ne perds pas confiance. 🙂

Laisser un commentaire