“Gérer” son hyperémotivité

La plupart des personnes hypersensibles qui ont croisé ma route m’ont fait part de la même problématique, composer avec l’hyperémotivité.

Que ce soit la peur, la colère, la tristesse ou la joie, quand on est très sensible, tout est plus intense et ça peut devenir fatiguant quand on ne sait pas comment “faire avec”. D’autant qu’il s’agit d’une particularité difficile à assumer dans le monde dans lequel on vit, où les comportements les plus valorisés frôlent l’hyposensibilité. Je pense que tu vois de quoi je parle… Tu sais, quand on te conseille d’être fort et de ne rien laisser paraître… 😵

Alors on a tendance à se construire une personnalité de rechange, dans les contextes où l’on sait que nos émotions vont être de trop. Parfois, ça peut être utile pour se protéger. Oui la vulnérabilité, ça se mérite on va dire… Mais à force d’enfiler sa tenue de scène, on peut finir par adopter mécaniquement des comportements de façade dont on peine à se débarrasser quand il s’agit de construire des relations profondes et authentiques.

Je te rassure, il existe des moyens de bien vivre avec ses émotions et il est possible de rééduquer son système nerveux pour que ces dernières prennent moins de place. Je vais te donner 4 clefs pour gérer ton hyperémotivité.

⚠️Petit disclaimer de début d’article : si tu as des phobies ou de l’anxiété généralisée, les techniques que je vais te donner ici doivent être complétées par un travail avec un thérapeute. 😉

Tu souhaites savoir si tu es hypersensible ?

Je t’envoie le test d’Elaine Aron immédiatement dans ta boite email.

Si tu intègres mes contacts, je t’informe en avant-première des nouveautés sur le blog et je t’envoie des conseils exclusifs.

Hypersensibilité vs hyperémotivité

Je tenais à commencer cet article par une petite précision, qui n’est pas des moindres. Etre très émotif ne fait pas forcément de toi une personne hypersensible. Bien souvent une confusion est faite. Les personnes très sensibles sont vues comme chialeuses, susceptibles ou colériques. En vérité, même si on tend à pleurer plus que la moyenne, à être blessé facilement et à vite monter dans les tours, l’hypersensibilité est trèèèès loin de se résumer à cela.

Il s’agit en réalité d’un trait de personnalité qui englobe plusieurs choses comme le fait d’avoir une sensorialité plus importante (une plus grande acuité visuelle, auditive, olfactive… parce qu’on a moins de filtres cognitifs), une pensée plus analogique que la “norme” (faire des associations d’idées, des liens très vite entre plusieurs choses parfois opposées de prime-abord…), souvent une intelligence émotionnelle plus développée (le fait de sentir l’état émotionnel d’une personne et de comprendre ce qui explique qu’elle en soit arrivée là).

Le versant émotionnel n’est qu’une partie de l’iceberg. Il serait réducteur de se cantonner qu’à lui. Toutefois, il peut être déstabilisant, tant pour soi que pour l’entourage, quand on a une faible connaissance de soi. Cette dernière peut vite faire dériver vers de la culpabilité ou vers des addictions.

Quand tu as des émotions très intenses et que la plupart des gens qui t’entourent ont une réactivité bien moindre, tu peux être tenté de faire taire tes ressentis par tous les moyens que tu trouves : refoulement, alimentation, consommation de drogue et d’alcool, dépendance affective, sport…

Seulement agir ainsi, c’est reculer pour mieux sauter.

D’une part, plus les émotions sont contenues, plus elles font des dégâts quand elles sortent. Quand la cocotte bout trop fort, elle éclate ! 🌋 La colère se transforme en rage, en haine, la tristesse en dépression etc. C’est parfois le corps qui s’effondre parce que ses somatisations n’ont pas été écoutées.

D’autre part, plus tu t’insensibilises, plus tu annihiles les émotions négatives, plus tu te coupes de la joie également. Même si le bonheur est une quête bien illusoire puisqu’il est éphémère, il n’en reste pas moins essentiel à l’équilibre humain de le laisser entrer quand il se pointe…

We cannot selectively numb emotions, when we numb the painful emotions, we also numb the positive emotions.

4 trucs à faire pour devenir pote avec ton hyperémotivité (ou juste mieux la supporter) ? 

1- Accepter d’avoir une émotivité quelque peu hors norme

Refouler ses émotions, quelque soit la méthode employée, n’est pas la solution.

Quand j’avais du mal à composer avec mes états internes, le premier conseil qu’on m’a donné a été très significatif pour moi. Il s’agit tout simplement d’accepter ce qui est. 

On révolutionne un système seulement si on a été capable de s’y intégrer. Il en va de même avec les émotions. Plus tu les accepteras quand elles vont se pointer, moins elles prendront de place dans ta vie. 

C’est difficile d’intégrer ce principe quand on a toujours mis de côté ce qu’on ressent pour ne pas déranger les autres ou pour donner une bonne image de soi. Effectivement, quand tu es sous le coup de l’émotion, dans un premier temps, ton réflexe va être de faire comme si elle n’existait pas. Il va donc falloir que tu te forces à regarder tes émotions en face au début.

Pas de panique si ça prend du temps, on n’enraye pas des années de programmation interne en 3 jours. Ça peut prendre du temps. 

2- Les émotions sont comme des vagues, imagine que tu surfes dessus.

Ce 2e point est concomitant avec le premier. Je pense qu’il est important que tu prennes conscience que les émotions sont comme des vagues. 🌊 C’est d’ailleurs pour ça qu’on conseille toujours de ne pas réagir à chaud dans les situations déconcertantes. L’émotion monte progressivement jusqu’à avoir atteint son apogée. Puis elle retombe, un peu comme un soufflé. 

Plus tu vas t’y accrocher plus le pic risque de se transformer en plateau et plus les risques d’explosion sont grands. L’objectif, une fois que tu as identifié ton état émotionnel, va être de lui laisser de la place sans pour autant te crisper. C’est tout simplement ce qu’on appelle le lâcher-prise. 

3- Tu peux en faire quelque chose

Ce qui est génial quand on est très émotif, c’est qu’on a, en parallèle, une grande créativité.  Tes émotions peuvent donc t’être utiles pour développer tes talents artistiques. 

La créativité ne se limite pas à l’art, bien heureusement. Tu peux te servir de tes émotions comme boussole dans tout un tas de contextes et notamment d’un point de vue relationnel. Chaque ressenti que tu as est là pour te dire quelque chose, pour te guider vers une solution. D’où l’intérêt de développer son intelligence émotionnelle. C’est quelque chose qui se travaille en coaching ou en thérapie.

4- Développe ton estime de soi

La labilité émotionnelle (le fait d’avoir des émotions débordantes) peut être contenue si tu développes une estime de soi haute et stable. En effet, si tu t’estimes suffisamment et de manière continue, tu te laisses moins facilement atteindre par les comportements d’autrui ou les obstacles à surmonter. Tout simplement parce que tu sais que tu as toutes les ressources nécessaires pour passer outre. Cette sécurité intérieure laisse peu de place à la panique et à la perte de sang-froid.

D’ailleurs les personnes qui ne sont pas hypersensibles mais qui ont une émotivité exacerbée ont, à coup sûr, un manque d’estime de soi. Un travail uniquement sur ce point peut totalement enrayer la chose et permettre de reprendre une vie “normale”.

4 choses à faire quand on est très émotif

Tu as aimé cet article ?

Partage-le sur Pinterest

Pour ce faire, je t’invite à passer ta souris dessus et à cliquer sur le logo Pinterest qui apparait.

Laisse-moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Laure

Laure

Je suis coach certifiée, hypersensible, un peu dans la lune et multi-potentielle. J'ai des goûts musicaux un peu barrés (parfois). J'adore parler de psychologie. Voilà qui me décrit bien, je pense. 😇

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Si tu es ici, j'imagine que tu t'interroges

sur ta sensibilite...

Je te propose de recevoir le test de l’hypersensibilité imaginé par le Dr Elaine Aron. 

Je t’invite à remplir le formulaire pour le recevoir sur ta boite email. Si tu le remplis, je te propose de recevoir également des emails, de temps en temps, qui concernent les nouveautés du blog et de l’entreprise, des conseils ou des promotions (désabonnement possible à tout moment).