Homme sensible face à la nature

Les besoins des hypersensibles au travail 🤓

Récemment, j’écoutais une interview de Jeanne Siaud-Facchin sur les profils à haut potentiel au travail. Ses propos m’ont frappé par leur véracité ! Elle disait que les HP ont des besoins assez similaires à ceux des autres sur leur lieu de travail. Seulement, ce qui est de l’ordre du désir chez beaucoup de gens, est de l’ordre de la nécessité chez les atypiques. A vrai dire, à mon sens, ses propos s’appliquent tout à fait aux profils hypersensibles et à leurs besoins au travail.

4 besoins des hypersensibles au travail

L’être humain a des besoins et la plupart de ses besoins sont universels, comme le besoin de manger à sa faim ou d’avoir un toit sur la tête, histoire de dormir au chaud et en sécurité. Puis, il y a des besoins qui sont plus spécifiques, selon les traits de personnalité de tout à chacun. Par exemple, les extravertis auront besoin de beaucoup de contact humain, là où les introvertis ont besoin de davantage de temps de solitude.

Sur le lieu de travail, tout ça s’applique ! On a tous des besoins universels et des besoins spécifiques, d’autant plus quand on est hypersensible.

Le besoin d'être reconnu pour ce qu'on est

Je commence plutôt fort, parce que je sais que le besoin de reconnaissance a tendance à titiller pas mal les égos des adeptes du développement personnel. Seulement, je pense, comme le dit Jeanne dans l’interview, qu’on a tous besoin d’être reconnu. En tant qu’humains, on est interconnectés. On a besoin d’avoir un minimum de compréhension, voire de gratification de la part d’autrui pour, socialement, se sentir bien. 

D’ailleurs, le manque de reconnaissance occupe un place sérieuse dans le déclenchement des burn-out. 

Si ta hiérarchie pinaille sans arrêt et n’est pas capable de valoriser tes talents, que ce soit d’un point de vue financier ou par de simples compliments, tu cours droit au casse-pipe. 

Comme dirait notre ami Gandalf dans Le seigneur des anneaux “fuyez, pauvres fous !”.

The cherry on the cake 🍒  quand on est hypersensible, c’est d’avoir une hiérarchie qui connait notre degré de sensibilité et qui le respecte, voire qui nous laisse en exprimer tout le potentiel créatif et intuitif. 

Le besoin d'authenticité et de sincérité

Les atypiques, multipotentiels, hypersensibles ou zèbres aiment les rapports authentiques. Il est dans notre nature d’aimer l’humain et de voir le beau en chacun. On est naturellement porté à soutenir les autres, à être leurs alliés… On est peu aficionados des cancans, ragots, bruits de couloirs, etc. 

Seulement, il existe un ensemble d’individus sur cette planète qui pensent que le monde du travail est un monde de requins. Forcément, ça les mène à avoir des comportements méfiants voire arrivistes… Bah oui, si tu te penses entouré de personnes machiavéliques susceptibles de te piquer ton poste à tout moment, tu te mets sur la défensive et ta foi en l’humanité diminue sensiblement…

Bref, cette manière de penser va à l’encontre de celles des grands sensibles idéalistes que nous sommes. On a tendance à oublier que sous prétexte de méfiance et de manque de confiance en elles, certaines personnes sont capables de grands sourires par devant et de coups bas par derrière.

Heureusement, tout le monde n’opte pas pour cette manière d’agir et nombreuses sont les personnes fiables et honnêtes.

Es-tu hypersensible ?

💌 Reçois le test gratuitement par email.

Le besoin de ressourcement

Les open-space, les réunions à gogo, les transports en commun, les afterworks en veux-tu en voilà, c’est loin d’être notre came.

En tant qu’atypiques, notre cerveau est différent puisqu’il a moins de filtres. Autrement dit, on capte davantage les bruits, les odeurs, les émotions des autres, les changements de température… On capte plus et ça fatigue !

Même les hypersensibles extravertis ont besoin de temps de ressourcement plus nombreux au travail, pour mettre leur bulbe au repos. 

On est également nombreux à avoir du mal avec la pression, surtout quand elle est fréquente et imposée. On est déjà très doués pour se presser comme des citrons nous-même, à coup d’anxiété de performance et de perfectionnisme. Tant est si bien que si quelqu’un en rajoute, on est de bons candidats au burn-out.

A mon sens, sur la durée, on fonctionne mieux sur des postes où l’on nous laisse gérer notre temps, sans consignes aléatoires qui peuvent tomber à tout moment ou hiérarchie désorganisée qui prévoit tout à la bourre.

Le besoin de stimulation

Je ne savais pas trop comment le nommer celui-là… Je me suis tâtée pour parler de besoin de “passion”, mais je trouve ça moche… Alors allons-y pour parler de besoin de stimulation.

Ouaip, les hypersensibles sont des êtres passionnés (et passionnants 😎). Tout naturellement, on a besoin de se tourner vers des métiers et des tâches qui nous passionnent. 

Bien sûr, c’est sans compter sur notre propension à nous faire tous petits et à nous tourner vers des postes qui n’exploitent pas 12% de ce qu’on a sous la pédale… Bisou confiance-en-soi ! 

Un type du nom de Kazimierz Dabrowski (il était psychiatre), qui a théorisé la désintégration positive, évoque des hyperexcitabilités chez certains individus. Ces excitabilités sont de 5 ordres : intellectuelles, émotionnelles, sensorielles, psychomotrices et imaginatives. 

Quand on est doté d’une grande sensibilité, on est doté d’au moins l’une d’entre-elles. Pour rester en bonne forme psychique, on a besoin de la ou les nourrir régulièrement. D’où l’intérêt d’avoir un travail passionnant et stimulant.

Tu as aimé cet article ?

Partage-le sur Pinterest

Pour ce faire, je t’invite à passer ta souris dessus et à cliquer sur le logo Pinterest qui apparait.

Tu pourrais aussi aimer...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

2 commentaires

  1. Merci pour cet article ! C’est impressionnant, je viens de démarrer un nouvel emploi et je retrouve exactement ici les caractéristiques que jai données comme étant primordiales pour moi lors de l’entretien d’embauche. Je ne suis pas un cas isolé 🙂 cela me rassure car je me sens très souvent “à côté” enfin un peu étrange par rapport aux autres… pourtant j’ai 32 et plus de 15 ans d’expérience pro. mais la confiance n’est pas encore là…

    1. Top si tu les as donnés et qu’ils ont pu être entendus. Je pense qu’à partir du moment où tu commences à les affirmer, c’est que la confiance vient. Ca demande du courage d’oser se montrer tel que l’on est. 😉

Laisse-moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Atelier 5j pour trouver l'idée

Envie d'entreprendre ?

Atelier de 5 jours gratuit pour trouver ton idée de business

Mini-cours gratuit

5 jours pour trouver une idée d'activité

💡 Mes conseils pour trouver l’idée d’entreprise qui te correspond

🔓 Les erreurs à éviter

🎁 Des exercices que je ne pensais jamais offrir gratuitement…

%d blogueurs aiment cette page :