Être positif à tout prix, la fausse bonne idée

Il y a quelques jours, je surfaaais sur Hellocoton et je suis tombée sur l’article de Marie : Merde au positivisme à tout prix. Ça a fait terriblement écho en moi et j’avais envie de témoigner également sur ce sujet. Tout comme Marie, ce trop plein de positivisme n’a pas été une réussite pour moi. Bien au contraire…

Positivisme à tout prix, la fausse bonne idée

Je dirais que depuis quelques années maintenant on est asséné par tous ces « coachs » de vie qui tentent de nous enseigner à prix forts ou à coups de bouquins miracles les méthodes pour atteindre le bonheur, l’extase et tout ce qui s’en suit.

Il y a, pour couronner tout ça, cette satanée pression sociale, qui dès que tu as un petit coup de mou te rappelle à l’ordre à grands coups de « souris un peu », « ça va passer », « faut que tu te blindes un peu, tu ne peux pas te laisser atteindre par ce genre de choses », « sois plus positive », « que tu es pessimisme ! » et autres jugements plein d’amour et de tolérance hein ! Ces phrases, je les ai que trop entendues à mon goût en fin d’année dernière, quand j’étais au bord de l’implosion au boulot.

Ce que je pense, c’est que tous ces gens qui auront ces phrases-types insupportables, sont juste des handicapés sociaux ou parlent pour ne rien dire.

Quand ça ne va… bah ça ne va pas

Il y a des jours comme ça, où on fout un panard hors du lit et c’est un peu comme si on glissait sur une peau de banane.

Tu n’as pu de café, ton chien bouffe ton petit dej’. Tu réussis finalement à mettre un peu devant l’autre. Tu vas au sport et tu te fais rayer ta bagnole sur le parking de la salle. Une fois la colère avalée, tu montes en voiture et tu fais tomber ta clef de maison sous le siège conducteur (le siège réglable le plus chiant de l’univers). Etc etc !

Vous voyez de quelle genre de journée je veux parler ? Un enchaînement de petits tracas dont on se passerait bien mais qui s’enfilent comme des perles au fil des heures… On sera tous d’accord pour dire que ce genre de journée de merde empêche toute forme de relativisme.

Perso, dans ces cas-là j’ai juste envie de retourner dans mon plumard, d’appuyer sur la touche « accélération »de la télécommande et de prier pour que demain soit meilleur.

Tout ne peut pas toujours bien se passer. On n’est pas chez les Bisounours. Il y a forcément un raté ou deux de temps en temps.

J’ai essayé pendant des mois et des mois de me dire que toutes ces personnes qui me bousculent ont raison. Je me suis mise une pression sans égal. Littéralement, je me suis bouffée jusqu’à être à deux doigts de l’ulcère.

J’ai fini par comprendre qu’en fait, quand on veut se bouffer la vie la mécanique est plutôt simple. Plus on essaie d’enterrer un sentiment négatif, plus l’émotion ressentie va se décupler et la douleur sera grande. C’est une sorte d’auto-sabotage qui nous détruit à petit feu.

Parfois, on a juste besoin d’une épaule pour pleurer un bon coup, d’un cœur sans jugement et plein d’empathie. Sinon on se transforme tous en cocottes-minute ambulantes. Et le jour où ça pète, ça fait bien plus de dégâts que si c’était sorti sur le moment.

Comment sortir de cette spirale ?

Je dirais que le mieux quand ça ne va pas, le mieux c’est d’accepter que ça ne va pas…

Ça parait passif vu comme ça mais en fait pas du tout. Accepter que ça n’aille pas, c’est comprendre pourquoi ça ne va pas. C’est une vraie démarche d’introspection pour savoir ce qui provoque un sentiment négatif en nous et surtout pour qualifier ce sentiment.

Il est possible qu’il vous semble compliquer de prendre en compte cette émotion négative, notamment si autour de vous, tout le monde s’accorde à vous demander de relativiser. Il est tout de même nécessaire que vous vous écoutiez un instant, quitte à vous isoler si vous en ressentez le besoin.

Comme je le disais plus haut, nul ne sert de chercher à nier ce qui ne va pas. Ce ne sera que pire. Pas là peine non-plus de chercher à prendre du recul sur les choses. Ça, généralement, ça vient bien après. Il faut laisser du temps au temps.

Un fois que j’ai réussi à mettre un nom sur le sentiment qui tiraille mon petit cœur, j’essaie de faire quelque chose pour moi. Ce sera mon ultime conseil : faire quelque chose qui vous fait du bien, pour sortir de la spirale négative.

Etre positif à tous prix est une fausse bonne idée quand on traverse un mauvais passage. Tout simplement parce qu’on est humain et vouloir aller bien à tout prix, c’est juste le pire moyen de se mettre une pression monstrueuse. Il faut accepter qu’il y ait des bas et apprendre à les gérer en étant bienveillant avec soi-même.

Et vous, quelle est votre idée sur la question ? 🙂


Si vous avez aimé cet article et que vous souhaitez être informé(e)s des nouvelles parutions (une fois par semaine tout au plus promis), je vous invite à vous inscrire à la newsletter en cliquant sur l’image ci-dessous.

Inscription à la newsletter

Rendez-vous sur Hellocoton !

13 responses to “Être positif à tout prix, la fausse bonne idée”

  1. […] vous disais dans un précédent article, qu’il y a des jours comme ça, où tout fout le camp et que c’est normal d’avoir […]

  2. Très chouette article. Je suis justement en pleine passe « sans » (nouveau boulot, beaucoup de stress et je me mets probablement la pression toute seule). Bref, en ce moment, je vois tout en négatif et j’ai du mal à positiver. Et honnêtement, les phrases toutes faites du genre « il faut t’endurcir », « ça va aller » ne m’aident pas du tout. Alors, oui, je sais que cette nouvelle situation, c’est super positif mais pour le moment, je ne vois que le négatif à cause de mon stress. Et en plus, je culpabilise par rapport à mes proches qui me voient ces derniers jours dans ce bad mood. Dur dur.
    Bref, je suppose que tu as raison et qu’il me faut juste du temps. Je me dis que ça ira mieux après, quand j’aurai pris mon rythme. Mais en attendant, toutes ces émotions ont besoin de sortir.
    Merci pour cet article qui change de tout ce que je peux entendre pour le moment 🙂

    Bises!

    • loula dit :

      Merci pour ton commentaire. 😁 Courage pour cette période difficile. C’est sûr que les autres sont très culpabilisants parfois. Ils ne se rendent pas compte qu’eux dans le même cas réagissent exactement pareil. Malheureusement tout le monde n’est pas dans l’écoute et la bienveillance. 😊😘

  3. Sandy dit :

    Tellement bien écrit ton article ! 😊

  4. linemourey dit :

    MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI !! Merci pour cet article ! Je t’ai déjà remercié au sujet de ton article ?
    Bref, merci.
    Je n’en pouvais plus de lire toute cette pression sociale sur le fait d’être heureux à tout prix ! Des happy box, de l’éducation positive, comment être happy tous les jours, etc… C’est ultra culpabilisant ! Ca nous met en échec constamment, parce que OUI, c’est impossible d’être heureux H24, même en consommant des produits chelou à base de paillettes et licornes.

    Etre en colère, être triste, être stressée, tout cela est devenu négatif dans notre société actuelle. Or, on en a besoin ! Ces émotions nous sont vitales ! Le stress nous maintient en vie car il prévient d’un danger, la colère peut être un moteur, la tristesse une émotion pour digérer des choses difficiles, faire des deuils.

    Donc arrêtons de se voiler la tronche et autorisons nous à être un peu parfois de temps en temps dans un bad mood. Parce que ça fait aussi du bien de se plaindre, merde. 🙂

    Ca fait du bien !
    Bon weekend,

    Line
    https://la-parenthese-psy.com/

    • loula dit :

      Merci pour ce super commentaire ! 😁 C’est clair qu’on n’est pas dans le monde merveilleux de My little pony. On se met une pression telle pour être au top tout le temps qu’on finit par s’en rendre malade. C’est dommage car c’est toute notre palette d’émotions qui crée une grande richesse en nous.
      Contente que l’article t’ait plu et bon week-end à toi aussi. 😘

  5. Marie dit :

    Oui il y a toujours quelque chose de positif mais il faut du temps et du recul pour le voir. Rien ne sert de se voiler la face. Une journée pourrie reste une journée pourrie, on a le droit de le dire et surtout de ne pas culpabiliser de ne pas voir tous les jours le verre à moitié plein!
    Merci pour le clin d’oeil!

    • loula dit :

      Hey merci de ton petit mot et ravie d’avoir pu te soutenir en ce sens. Je pense qu’il est tant que les gens prennent conscience qu’être humain ce n’est pas être qu’optimiste ou que pessimiste. Il faut de tout pour faire une personne saine et équilibrée. 😊

  6. Marie Kléber dit :

    Oui il y a toujours quelque chose de positif mais il faut du temps et du recul pour le voir. Rien ne sert de se voiler la face. Une journée pourrie reste une journée pourrie, on a le droit de le dire et surtout de ne pas culpabiliser de ne pas voir tous les jours le verre à moitié plein!
    Merci pour le clin d’oeil!

  7. Oui il y a toujours quelque chose de positif mais il faut du temps et du recul pour le voir. Rien ne sert de se voiler la face. Une journée pourrie reste une journée pourrie, on a le droit de le dire et surtout de ne pas culpabiliser de ne pas voir tous les jours le verre à moitié plein!
    Merci pour le clin d’oeil!

  8. Sophie Metanoiada dit :

    Je ne suis pas du tout d’accord avec toi sur le sujet 🙂 Je fais partie de ces personnes qui voient toujours un bon côté dans tout ce qu’il se passe. Tout. Littéralement tout. Par contre je te rejoins sur un point, je garde ça pour moi et je ne soule pas tout le monde avec ma positivité. En fait, si ça ne vient pas de toi, ça ne fera rien de bon, on est d’accord 🙂

    • loula dit :

      Merci de ton commentaire très intéressant. On ne peut pas toujours être d’accord sur tout. 😉
      Je suis également convaincue qu’il y a du bon dans chaque situation mais ce que je veux dire à travers cet article, c’est qu’il y a des jours ou bien des situations où sur le moment, on ne peut pas relativiser parce que « trop, c’est trop ». Comme je le dis, je pense que pour prendre du recul sur un fait, il faut laisser du temps au temps et ne pas culpabiliser d’avoir des petits moments de faiblesse. 🙂

Laisser un commentaire