Est-ce une folie furieuse de quitter son job bien payé pour une activité plus épanouissante ?

Est ce que ça t’est déjà arrivé d’avoir l’impression que ton poste fait rêver presque tout le monde… SAUF TOI ? Tu as un bon salaire et quelques avantages peu négligeables ou encore un statut plutôt sympa. Simplement, tu aspires à autre chose. Quelque chose qui fait plus de sens à tes yeux… Je crois qu’il faut se rendre à l’évidence, il est légitime d’avoir envie de quitter un job bien payé tout simplement parce qu’il est toxique ou plus suffisamment épanouissant.

Le salaire, le statut sont des choses qui, fut un temps, étaient extrêmement importantes aux yeux des gens. Ta carrière devait être lisse et sa croissance linéaire. Tu intégrais un poste puis tu obtenais une promotion en quête du graal aka le poste de manager. Puis, une fois ce premier graal obtenu, tu continuais à grimper la pyramide tranquilou pépouz’✌️jusqu’au Graal number two. J’ai nommé la retraite… 

Les temps ont changé et ce modèle est révolu. Heureusement dans un sens parce que, si ce fonctionnement pouvait convenir à certains, il était chiant et enfermant pour les autres.

Envie d'un métier épanouissant ?

Atelier de 5 jours offert pour avancer sur ta reconversion

Le nouveau paradigme de la vie pro.

Le monde du travail est en train de changer. 

🌟 Déjà, les gens changent de plus en plus souvent de métier. 

🌟 De nouveaux jobs apparaissent limite tous les ans.

🌟 Les consciences s’élèvent et les gens veulent arrêter les compromis.

🌟 L’accès à la connaissance est franchement facilitée grâce aux internets.

🌟 Le bureau est devenu has been et on travaille de partout dans le monde.

Bref, tu l’as compris. La sphère professionnelle est en train de muter progressivement et je connais un petit virus fort peu farouche qui a accéléré l’affaire. On a pu assister à une déferlante de reconversion vers les métiers du bien être ou de l’artisanat en 2020. 

Des personnes avec de bonnes situations ont tout remis en question et ont profité de quelques mois cloitrées chez elles pour changer de cap parce qu’avoir un bon salaire ne suffit plus. 😬

Avoir un bon salaire ne suffit plus

Certes, être bien payé peut contribuer au bien être. Seulement si être bien payé rime avec s’ennuyer ou s’emmerder, une question finit par s’imposer « à quoi bon ? ». 

Si pour certains ce bénéfice secondaire permet de tenir, pour bon nombre d’entre-nous, c’est loin d’être suffisant. On a besoin de se sentir utile ou de savoir qu’on contribue à quelque chose d’important pour nous. Ce besoin, c’est ce que Maslow appelait le besoin d’accomplissement.

C’est pour cette raison que moultes personnes partent en quête de leur mission de vie ou font leur ikigaï. 🤩 Pour mettre en corrélation ce qui est important pour elles avec leur activité professionnelle…

Je ne suis pas très fan du fait de vouloir trouver sa mission. Quoi qu’on fasse de toute façon, on est dedans. Alors plutôt que de se concentrer sur ça, je pense que l’essentiel, c’est de se concentrer sur ce qui fait sens pour nous et surtout, ce qui nous apporte de la joie.

Je crois également qu’en 2020, bon nombre de gens se sont rendus compte que les liens et les expériences de vie priment sur le reste parce qu’ils ont été confrontées au fait qu’on est bien peu de chose.

Quitter un job bien payé pour gagner en qualité de vie

Il arrive qu’un poste à responsabilité avec un joli salaire fasse, en réalité perdre en qualité de vie. Il n’existe pas nécessairement de règle pour ça. On peut très bien être heureux dans son job au SMIC comme on peut être malheureux dans un job à 5k€/mois.

Tu peux avoir le compte en banque de Crésus à la fin du mois, si tu as peu de projets et que ton job te prend le melon, ta qualité de vie est en chute libre. Or, ton épanouissement professionnel a un impact sur tout le reste, à savoir sur ta vie de famille, ton couple, ta motivation, ton alimentation, ta santé, etc. Le salaire est là mais le bonheur est parti.

Au contraire, tu peux avoir une vie bien remplie sans avoir un salaire mirobolant. D’ailleurs, je suis prête à parier que tu connais des personnes dans ce cas… Ces personnes sont heureuses parce qu’elles vivent une vie riche en expériences de qualité. 

Elles ont du temps pour elles. Elles peuvent se consacrer à leurs passions ou à leurs loisirs. Elles passent du temps avec ceux qui comptent à leurs yeux. Elles sont zen et elle respirent la joie de vivre.

Se décider à quitter un emploi bien rémunéré, les conséquences ?

Ce n’est pas ton salaire qui détermine ton épanouissement mais bien la qualité de la vie que tu as au quotidien. Or, je sais que même quand on a conscience de ça, ça peut être difficile de franchir le pas et que quitter son job bien payé pour changer de vie, en quelque sorte. 

Mon expérience personnelle

Quand j’ai lâché mon CDI en 2017, je dois t’avouer que mon niveau de rémunération m’a fait douter à plusieurs reprises avant que je me décide à passer à l’action.

Sur le papier, j’avais un poste avec des responsabilités et je gagnais confortablement ma vie. J’avais de quoi faire pâlir nombre de mes camarades de promo. en école de commerce. Qui plus est, j’avais un projet de maison avec mon amoureux. Même si ma santé se dégradait au fil des semaines, sur le moment, cette décision a été difficile à prendre. J’entendais mon intuition me dire de partir et ma raison me disait de tenir. 

En réalité, cette situation m’a fait prendre conscience de différentes choses concernant la reconversion professionnelle. 

La peur du regard des autres

Le regard des autres peut faire peur quand on souhaite quitter son job pour d’autres possibles. On entend souvent des gens ragotés en mode « Mais tu te rends compte, Jean Denis a quitté son emploi de responsable qualité. Une vraie folie. Ca doit être la crise de la quarantaine, le pov’ gars… » ou « Micheline est complétement irresponsable. Elle avait un job super bien payé et voilà qu’elle lâche tout pour faire du savon au lait de chèvre dans une ferme reculée du Larzac ».

Il est clair qu’être critiqué ainsi fait rarement plaisir et ça peut bloquer. On se dit « Pour quoi je vais passer ? » ou « Qu’est ce qu’on va penser de moi ? », « Et si je me plante, qu’est ce qu’on va dire ? ». 

Sauf que vivre sa vie en fonction de ce que pense les autres est une pure folie. Une folie bien plus grande que de quitter une bonne situation pour s’affranchir de son mal être… Il y aura toujours des gens qui seront inquiets ou réticents quant à certains de nos choix et il y a peu de choses qu’on puisse faire à cela.

En revanche, il y a des personnes pour qui cette démarche va être une source d’inspiration. Te voir oser va avoir un effet libérateur pour eux et ils se donneront l’autorisation de le faire également.

Partir pour renouer avec soi

Quitter un job bien payé peut être incroyablement libérateur et nous permettre de remettre en perspective beaucoup de nos principes directeurs, qui en réalité nous freinaient plus qu’autre chose. 

Quand on sort de sa zone de confort et qu’on ose faire des choix qui nourrissent notre bonheur, on se fait peur. Mais finalement, une fois la peur passée, on se rend compte que les choix faits étaient les meilleures décisions qu’on puisse prendre. Qu’au final nos peurs n’étaient que des films qu’on se faisait, bien loin de la réalité. 

Quand on sort de sa zone de confort, on nourrit la confiance qu’on se porte et progressivement on se rend compte de l’étendue de nos capacités. On se redécouvre et beaucoup de choses qui nous semblaient impossibles jusqu’alors semblent parfaitement à notre portée.

Sortir de la peur du manque

Souvent, quitter un travail bien payé confronte à la peur du manque. Il suffit qu’on se retrouve au chômage, qu’on choisisse de créer son entreprise ou qu’on se réoriente vers un job moins bien payé pour se demander si l’on va avoir assez pour subvenir à nos besoins. Cette peur nous empêche de faire des choix pourtant sains pour notre santé.

La santé = la priorité

On dit souvent que les 2 choses les plus précieuses de notre existence sont le temps et la santé. Sans eux, on fait peu de choses. 

Or, rester dans un travail bien rémunéré quand on ne s’y plait plus, c’est faire courir un risque à sa santé, d’un point de vue physique ET psychique. 

Un travail insatisfaisant est générateur de stress pour l’organisme. Même si le stress peut avoir des impacts positifs suivant la manière dont on le perçoit, en général, le manque d’épanouissement pro. n’aide pas à l’envisager positivement. On se retrouve vite à partir bosser avec la boule au ventre. On est souvent de mauvais humeur voire irritable. 

Parfois, il vaut mieux faire un point sur ce dont on a besoin pour vivre et revoir certains standards, quitte à ce que ce soit temporaire, pour préserver sa santé. L’épuisement émotionnel qu’engendre un travail insatisfaisant est un facteur clé du burn-out.

Quand je me suis retrouvée au chômage avec une rémunération divisée par 2, ça m’a fait tout drôle. Mais au final, j’ai appris à vivre différemment et ça m’a permis d’arrêter de dépenser à outrance dans des choses futiles.

Tu as aimé cet article ?

Partage-le sur Pinterest

Pour ce faire, je t’invite à passer ta souris dessus et à cliquer sur le logo Pinterest qui apparait.

Tu pourrais aussi aimer...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisse-moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Atelier reconversion pro

Reconversion

Atelier de 5 jours gratuit pour trouver ta voie