lieu de travail dangereux

J’ai l’impression que mon emploi est toxique. 🤢 Dois-je le quitter ?

Aujourd’hui tu te rends au boulot avec la boule au ventre, déprimé voire anxieux et tu te demandes si tu dois quitter ce travail toxique qui te rend plus mal qu’autre chose… Seulement voilà, comme tout le monde, tu as besoin d’un emploi pour subvenir à tes besoins, peut être même à ce de ta petite famille. Tu t’autorises à peine à y songer.

Tu te sens éparpillé. Tu fais des erreurs à cause de l’épuisement parce que tu dors mal et tu cogites beaucoup. Tu essaies de te rassurer en te disant que les choses vont finir par s’arranger après tes vacances. Ou tu te raccroches à l’idée que tu vas bien finir par trouver un job ailleurs. 

Je pense que personne ne mérite de se rendre malade pour un job. Certes, on a besoin d’une activité professionnelle pour avoir une vie décente. Seulement, travailler ne doit pas se faire au détriment de notre santé.

Il existe différents cas, où ton emploi peut devenir toxique et selon la situation dans laquelle tu te trouves, il existe un (ou plusieurs) moyens de solutionner le problème. 

J’ai personnellement été confrontée à certaines des situations énoncées ou accompagné des personnes en vivant d’autres. Ce qui me permet aujourd’hui d’avoir du recul sur chacune d’elles pour permettre à mes coachés de les traverser et infoscoop : la démission ou la reconversion, c’est comme les antibiotiques. C’est pas automatique !

Envie d'un métier épanouissant ?

Atelier de 5 jours gratuit pour trouver une activité qui te plait

Cas n°1 : le manque de sens

On a tous des moyens différents de trouver du sens au travail. Pour certains, il va être dans les valeurs véhiculé par l’entreprise. Pour d’autres, il va s’agir d’employer son temps de manière efficace et utile. Sur ce point, chacun a sa vision des choses.

La quête de sens des hypersensibles et des HP

Le besoin de sens au travail est un point absolument primordial pour les hypersensibles et les hauts potentiels. Un job qui n’a ni queue ni tête ou qui bafouent leurs valeurs, pour eux, c’est courir droit à la catastrophe aka l’épuisement professionnel et sa version ++, le burn out.

Au delà de ça, il faut savoir que tu as le sentiment de t’accomplir à travers ton travail, donc de t’y épanouir pleinement, quand tu as un emploi qui te permet de toucher un sentiment de contribution. Contribution à une cause qui t’est chère, contribution à l’évolution positive d’un système, contribution au bonheur des autres… 

Autrement dit, être heureux dans son job signifie avant tout y trouver du sens.

Que faire si tu trouves peu de sens dans ton emploi ?

Si l’entreprise dans laquelle tu travailles a des principes contraires aux tiens, qui te mettent mal à l’aise ou font naitre en toi un sentiment d’injustice, je te conseille de quitter cet emploi toxique. Il y a peu de chances que tu fasses évoluer les mentalités et tu risques de laisser pas mal de plumes si tu essaies trop longtemps.

Le sentiment d’injustice fait naitre de la colère et rester longtemps dans cette colère est nocif pour ta santé. 

Si tu trouves peu de sens parce que tu perçois mal la contribution que tu es via ton poste. Il y a là plus de latitude pour agir, notamment si tu te sens bien dans l’entreprise au delà de ça. 

Tu as la possibilité de voir avec ta hiérarchie si tu peux te greffer à des missions ou des projets qui feraient plus sens pour toi, s’ils existent bien sûr… 

Cas n°2 : les relations de travail toxiques

Si ton manager te traite comme un chien un jour sur deux, que tes collègues te font bien sentir que tu déranges ou que globalement, les salariés de ton entreprise sont peu considérés, tu vis des relations de travail toxiques. 

Il est anormal d’aller au travail la peur au ventre, de se sentir perpétuellement agressé par les membres de son équipe, d’être humilié et dévalorisé par sa hiérarchie. Dans certains cas, cela peut relever du harcèlement.

Quitter son emploi à cause de relations de travail toxiques ?

Si tu aimes ton emploi et que tu as des difficultés relationnelles que ce soit avec ton équipe ou ton manager, tout n’est pas forcément perdu d’avance. Tu as la possibilité de parler de tes ressentis avec les principaux concernés ou avec le service RH pour essayer de trouver des solutions pour te sentir mieux. 

En revanche, s’il n’y a pas d’écoute, que ton ressenti n’est pas pris en compte, voire dénigrer, là, tu joues ta santé. Je te conseille de prendre tes jambes à ton cou, quitte à demander un soutien moral à un psychologue le temps de trouver autre chose. 

 

Si tu es harcelé...

Si tu es dans un cas de harcèlement moral ou physique, que tu peux prouver, tu as la possibilité de quitter ton emploi sans démissionner. Je te recommande de regarder les solutions qui s’offrent à toi ici.

Les sévices psychiques subis quand on est harcelé mènent au traumatisme. Ils peuvent aussi conduire à une honte toxique qui pousse à se renfermer sur soi et qui font perdre toute estime de soi.

Que tu aies ou non des preuves concrètes, je t’invite vivement à te rapprocher de la médecine du travail et à t’entourer de personnes ressources. Ca peut être des délégués syndicaux, des collègues qui te soutiennent, un thérapeute ou un coach. Il est ultra-giga-important de ne pas rester seul dans ton coin. Tu n’as pas à affronter une situation aussi douloureuse seul.

N’hésite également à faire appel à l’arrêt maladie dès les premiers signes de dépression (anxiété, insomnies, tristesse…).

A noter également que ton employeur est responsable de ton bien être au travail et se doit de mettre en place les mesures nécessaires pour te sortir de cette situation. S’il ne le fait pas, il est passible de poursuites judiciaires.

Pour se sortir de la violence, beaucoup démissionnent ou se retrouvent en abandon de poste. Je te recommande d’éviter ces solutions alléchantes de prime abord. Elles vont te porter préjudice puisque dans un cas tu seras privé d’indemnités chômage et dans l’autre tu risques de te retrouver avec un procès sur le dos. Or, les situations de harcèlement sont déjà bien suffisamment pesantes comme ça.

Cas n°3 : "Je n'aime pas mon job !"

Il est douloureux de se rendre au travail quand on déteste son emploi. Personne ne devrait s’astreindre à un métier qui ne lui plait pas.

Les raisons peuvent être multiples comme des tâches répétitives, un cadre enfermant, ou une activité qui ne convient pas à la personnalité…

Il faut savoir qu’un poste de travail peut évoluer. Certaines entreprises sont prêtes à offrir à leurs salariés la possibilité de le modeler en fonction de leurs aspirations et de leurs talents pour les fidéliser. Donc, revoir ta fiche de poste avec ton manager, dans ce cas là, peut être une option.

Ensuite, si tu te rends compte que ta personne et ton fonctionnement ne collent pas à ton job, tu es libre d’en changer et d’aller vers quelque chose qui te convient plus. Je te préconise tout de même de faire une introspection avec un pro. pour être sûr de t’orienter vers quelque chose qui, cette fois, te correspond pleinement. Puis, le changement fait peur à l’être humain, donc se faire accompagner dans ce genre de transition de vie peut être précieux.

Cas n°4 : La relation toxique au travail

Ta relation toxique au travail peut se manifester de différentes manières : 

Que tu te retrouves dans un ou plusieurs des cas présentés ici, il y a forte à parier que tu t’accordes peu de valeur. 

Quelque soit l’entreprise dans laquelle tu travailles, tu peux tirer un trait sur ton sentiment d’épanouissement tant que tu restes dans ces fonctionnements. 

Ici ce n’est pas ton travail ou tes relations de travail qui sont toxiques mais ta manière d’appréhender ces derniers.

Cas n°5 : Tu n'es pas fait pour le salariat

Certaines personnes ont une âme d’entrepreneur et supportent mal les contraintes qui accompagnement le salariat. 

Comme me l’a un jour dit une psy. « tout le monde n’est pas fait pour être salarié »

Si tu sens que le cadre d’un poste ou d’une entreprise sont étriqués pour toi, il y a de grande chose pour que tu t’épanouisses en te mettant à ton compte.

Pour faire la transition du salariat à l’entrepreneuriat, tout plein de solutions s’offrent désormais à toi : négocier un temps partiel, une rupture conventionnelle pour toucher le chômage, développer ton activité indépendante en dehors de tes horaires de travail, etc.

Même si tu sens que ton emploi salarié est toxique pour toi, le quitter n’est qu’une option parmi tant d’autres. Tu peux le conserver de manière temporaire le temps de développer ton entreprise. Cela te permet de conserver un stabilité le temps que l’affaire décolle. 

Tu pourrais aussi aimer...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisse-moi un petit mot :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu peines à trouver ta voie...

🎁 REÇOIS L'ATELIER GRATUIT DE 5 JOURS : MULTIPASSIONNÉ ET ÉPANOUI

Quel est le métier idéal pour un profil aux multiples intérêts ? Comment j’ai créé mon propre métier à partir de mes passions ? 🌈 Et d’autres surprises encore…

Recois l'atelier de 5 jours gratuit !

Multipassionné et épanoui

🤩 Découvre le métier idéal pour les multipotentiels selon moi.

👉 Je t’explique comment j’ai créé mon métier.

🚀 Comment j’envisage l’avenir de mon entreprise ?

🙅‍♀️ Le piège à éviter quand on est multipassionné…